«Let's fucking kill him», Trump assure n'avoir jamais évoqué l'assassinat d'Assad

MONDE Le président américain dément un passage du livre du journaliste Bob Woodward...

P.B. avec AFP

— 

Donald Trump, lors de discussions avec l'émir du Koweït, le 5 septembre 2018.
Donald Trump, lors de discussions avec l'émir du Koweït, le 5 septembre 2018. — Evan Vucci/AP/SIPA

« Cela n’a jamais été discuté, cela n’a jamais été même envisagé. » Mercredi, Donald Trump a assuré qu’il n’avait jamais évoqué un éventuel assassinat du président syrien Bachar al-Assad avec son secrétaire à la Défense, contrairement à ce que rapporte le livre du journaliste d’investigation Bob Woodward. Selon le président américain, il s’agit de « pure fiction ».

Dans son livre, basé sur les témoignages anonymes de nombreux proches du président américain, Woodward affirme que Donald Trump aurait lancé à Jim Mattis, après l’attaque chimique d’avril 2017 imputée à Assad : « Let’s fucking kill him », « Tuons-le, putain. Allons-y, putain, et tuons-en plein ». Le chef du Pentagone aurait cherché à calmer le président, selon Woodward, déclarant : « Non, nous n’allons pas faire cela. Nous allons être beaucoup plus prudents. » Donald Trump avait finalement riposté avec des frappes ciblées.

Trump suit de « très près » la situation en Syrie

Donald Trump a évoqué la situation en Syrie en recevant l’émir du Koweït, mercredi. « Le monde regarde et les Etats-Unis regardent (…) Je suis cela de très près », a prévenu le président américain, évoquant « une situation très triste dans la province d’Idleb » et soulignant que quelque trois millions de personnes y vivent. « Si c’est un massacre, le monde sera très très en colère et les Etats-Unis seront également très en colère », a-t-il encore dit.

Mardi, la Maison Blanche avait averti que les Etats-Unis et ses alliés réagiraient rapidement si le régime syrien avait de nouveau recours aux armes chimiques, en particulier dans la province d’Idleb.