Canada: Deux femmes subissent des pressions pour porter un soutien-gorge au travail

SOUS-VETEMENTS Deux requêtes ont été déposées par les employées afin de déterminer quelle peut être l'implication de l'entreprise dans ce domaine...

L.Br.

— 

Des soutien-gorges bleu-blanc-rouge à La Rochelle (image d'illustration).
Des soutien-gorges bleu-blanc-rouge à La Rochelle (image d'illustration). — XAVIER LEOTY / AFP

Les employeurs peuvent-ils réclamer que leurs employées portent un soutien-gorge au travail ? La discussion est ouverte au Canada, alors que deux femmes ont assuré avoir subi des pressions de la part de leur hiérarchie pour ajouter ce bout de tissu à leurs sous-vêtements. L’une d’elles a même déposé une requête pour faire passer l’affaire devant la justice.

Kate Gosek a 19 ans. Elle travaille dans la cuisine d’un McDonald’s et affirme avoir été approchée par plusieurs managers insistants, réclamant qu’elle porte un soutien-gorge. L’un d’entre eux a même touché son épaule pour vérifier l’absence de ce sous-vêtement. « Elle m’a dit "Personne n’a besoin de voir ça" », confie-t-elle à CBC. Une autre supérieure lui a même dit que sa poitrine « l’empêchait de se concentrer ». Kate Gosek a déposé un recours devant un tribunal, afin de déterminer si l’employeur peut influencer le port de sous-vêtements.

« J’ai des tétons, mais les hommes aussi »

Un problème soulevé avant elle par Christina Schell, ancienne employée du restaurant d’un golf. « C’est une requête basée sur le sexe, et c’est pourquoi c’est une question de droits humains. J’ai des tétons, mais les hommes aussi », explique la jeune femme de 25 ans qui a décidé d’abandonner le port de soutien-gorge, qu’elle trouve inconfortable.

Depuis la médiatisation de l’affaire, McDonald’s Canada a réagi, confirmant que Kate Gosek n’avait enfreint aucune règle et qu’elle n’était pas obligée de porter un soutien-gorge. Deux de ses supérieurs se sont excusés. Après les requêtes déposées par les deux jeunes femmes, la justice va désormais devoir se pencher sur la question.

>> A lire aussi : Lena Dunham seins nus sur Instagram pour «Libérer le téton»

>> A lire aussi : «Je n'ai jamais appelé les femmes à enlever les soutien-gorge»

>> A lire aussi : Les seins, fesses et vagins des femmes ne sont plus censurés sur Instagram si c’est un accouchement