Allemagne: Deux policiers suspendus après avoir fait le salut nazi

NAZISME La police bavaroise a suspendu deux de ses membres soupçonnés d’avoir fait le salut hitlérien dans une brasserie…

20 Minutes avec agences

— 

Deux policiers allemands ont été suspendus pour avoir fait un salut hitlérien. (Illustration)
Deux policiers allemands ont été suspendus pour avoir fait un salut hitlérien. (Illustration) — Christof STACHE / AFP

Deux policiers allemands auraient tenu des propos anti-migrants et fait le salut hitlérien à Rosenheim, en Haute-Bavière, ce jeudi. Les faits se sont produits dans une brasserie. Ils ont été suspendus par les autorités, rapporte l’agence Reuters. Selon un témoin, les deux agents auraient tendu le bras comme le faisaient les sympathisants et soldats du troisième Reich, ce qui constitue un délit en Allemagne, après s’être lancé dans des diatribes hostiles aux migrants.

Les responsables de la police du land de Bavière ont annoncé au cours du week-end avoir rapidement pris les mesures disciplinaires qu’imposaient la situation en suspendant les deux policiers. Une troisième personne aurait également eu un comportement identique. Il s’agirait d’un agent de sécurité, selon un communiqué publié par les autorités policières allemandes.

Manifestations et contre-manifestations

La classe politique d’outre-Rhin est vent debout contre la montée du nationalisme et réclame des mesures. La ministre allemande de la Justice Katarina Barley a ainsi déclaré : « Nous ne permettrons pas que l’extrême droite infiltre notre société ». Elle demande aux autorités régionales d’enquêter en profondeur sur les organisations défendant ces convictions.

Samedi, à Chemnitz, où des ultras manifestent depuis la mort d’un Allemand poignardé par des migrants, 8.000 personnes ont participé à un défilé organisé par le parti AfD (Alternative pour l’Allemagne) et par Pegida, des organisations nationalistes. Trois mille autres ont pris part à une contre-manifestation.

>> A lire aussi : En Allemagne, l’extrême droite instrumentalise la condamnation d’un réfugié pour meurtre

>> A lire aussi : Après une «chasse» aux étrangers à Chemnitz, l'extrême droite descend dans la rue