Ingérence russe: Un ancien associé de l'ex-directeur de campagne de Trump inculpé

Ingérence russe Sam Patten a reconnu ne pas avoir déclaré ses activités de lobbyiste pour le compte du parti ukrainien pro-russe Opposition Bloc pendant la campagne présidentielle...

N.Sa avec AFP

— 

Sam Patten, un ancien associé de Paul Manafort, l'ancien directeur de campagne de Donald Trump.
Sam Patten, un ancien associé de Paul Manafort, l'ancien directeur de campagne de Donald Trump. — WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La loi des séries. Un ancien associé de Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump reconnu coupable de fraude fiscale et bancaire, a admis vendredi devant la justice avoir reversé de l’argent d’un responsable politique ukrainien au comité d’organisation de l’investiture de Donald Trump.

Un tribunal fédéral de Washington a inculpé Sam Patten à l’issue d’une enquête liée à celle du procureur spécial, Robert Mueller. Ce dernier enquête sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016 et a déjà exhumé des preuves qui ont conduit Paul Manafort devant la justice.

Du lobbying pour le compte d’un parti ukrainien pro-russe

Sam Patten a passé un accord de plaider-coupable avec les procureurs dans lequel il reconnaît ne pas avoir déclaré ses activités de lobbyiste pour le compte du parti ukrainien pro-russe Opposition Bloc, que Paul Manafort a également conseillé.

Le fait qu’un seul chef d’accusation ait été retenu contre lui est conditionné à sa coopération avec les services du procureur Mueller. Selon des documents de justice, Sam Patten a reçu un million de dollars entre 2015 et 2017 pour son travail pour Opposition Bloc. Il tentait notamment d’organiser des rencontres entre « un éminent oligarque ukrainien » et des membres du Congrès américains, toujours selon cette même source.

Des versements d’argent illégaux

En janvier 2017, il a également fait en sorte que cet oligarque ukrainien se rende à l’inauguration de Donald Trump. Pour ce faire, l’Ukrainien a versé 50.000 dollars à Sam Patten et à un autre intermédiaire, ce qui est illégal. « Sam Patten savait à l’époque que le comité d’organisation de l’investiture présidentielle ne pouvait accepter d’argent d’entités étrangères », selon les documents de l’accusation.