Afrique: De 1995 à 2015, les guerres auraient tué 5 millions d'enfants de moins de cinq ans

GUERRES Sur les 5 millions, trois seraient des bébés de 12 mois ou moins…

20 Minutes avec agences

— 

Une petite fille malade, soignée au centre de soins de l'Unicef dans le camp de réfugiés de Sam Ouandja, en Centrafrique.
Une petite fille malade, soignée au centre de soins de l'Unicef dans le camp de réfugiés de Sam Ouandja, en Centrafrique. — hdptcar/Flickr

En Afrique, les conflits armés et leurs conséquences – les maladies et la faim – auraient causé la mort de 5 millions d’enfants de moins de 5 ans de 1995 à 2015. Un chiffre beaucoup plus élevé que les estimations précédentes, selon une étude publiée ce vendredi dans la revue The Lancet.

Trois millions d’entre eux seraient des nourrissons de 12 mois ou moins – soit trois fois plus que les personnes tuées directement dans un conflit.

Des effets néfastes à très long terme

L’étude ne s’appuie pas sur un effectif réel. Les chercheurs expliquent avoir comparé les données de 15.441 conflits dans lesquels près d’un million de personnes sont mortes. Cela leur a permis de calculer le risque de mourir d’un enfant dans un rayon de 100 km d’un conflit armé, et jusqu’à huit ans après.

« Des conflits armés plus fréquents et plus intenses que sur tout autre continent se sont produits en Afrique » les 30 dernières années explique le Dr Bendavid, coauteur de l’étude et chercheur à Stanford (États-Unis). L’étude démontre que les effets de ces conflits « vont au-delà de la mort de combattants et de la dévastation physique : [ils] augmentent considérablement le risque de décès de jeunes enfants pendant une longue période ».

Outre les blessures, les guerres contribuent à la mort et au retard de croissance des enfants « pendant de nombreuses années et sur de vastes zones ». Le résultat de soins médicaux interrompus pour les femmes enceintes et les nouveau-nés, la propagation de maladies, le manque de médicaments, la malnutrition…

>> A lire aussi : Dormir plus de 10 heures par nuit augmente de 30% le risque de mort précoce

>> A lire aussi : La pollution de l’air nous rendrait stupides, selon une étude