Etats-Unis: La police tue un homme par erreur, sa famille obtient 14,3 millions de dollars en réparation

BAVURE Frank Mendoza, 54 ans, avait été abattu devant son domicile par un policier le prenant pour un délinquant…

20 minutes avec agence

— 

Des voitures de police américaine. Illustration.
Des voitures de police américaine. Illustration. — Bruce Emmerling

Le comté de Los Angeles va verser 14,35 millions de dollars à la famille d’un homme innocent abattu par un policier. Le dédommagement est l’un des plus coûteux jamais réalisés dans ce comté.

Frank Mendoza, 54 ans, a été tué par erreur à son domicile de Pico Rivera (Californie) le 1er août 2014 au cours d’une opération de police. Les proches de la victime avaient porté plainte contre le comté et le bureau du shérif de Los Angeles.

Confondu avec un membre de gang

La victime avait été mortellement atteinte par des coups de feu tirés par un policier. Ce dernier l’avait confondu avec Cedric Ramirez, un délinquant de 24 ans recherché pour des délits graves.

Pourchassé par la police, Cedric Ramirez s’était introduit par effraction dans la maison de Frank Mendoza. Au moment d’intervenir, l’agent a confondu le propriétaire des lieux avec le délinquant. Il a tiré à deux reprises sur Mendoza, le touchant à la tête et à la jambe.

Des condoléances adressées aux proches

Garo Mardirossian, l’avocat de la famille, a qualifié cet événement de « pire cauchemar de tout citoyen ». Dans un communiqué publié ce lundi, le bureau du shérif de Los Angeles a présenté ses condoléances aux proches de Frank Mendoza.

« Les policiers ont été forcés de prendre une décision en un instant tandis qu’un suspect armé avait tiré de lui-même à de multiples reprises sur les policiers, mettant des vies innocentes en danger et prenant une famille en otage dans leur maison », peut-on lire dans le document.

>> A lire aussi : Suède: Un jeune homme trisomique, muni d’un pistolet en plastique, abattu par la police

>> A lire aussi : Jeune tué à Nantes: «Un acte accidentel qu'il regrettera toute sa vie», selon l'avocat du policier