Brésil: Des images d'expulsions de peuples autochtones sorties de leur contexte sur Facebook

FAKE OFF Une internaute a partagé deux photos vieilles de dix ans pour alerter sur la construction du gigantesque barrage Belo Monte, en Amazonie...

Mathilde Cousin

— 

Ces deux photos datent de 2008 et ne sont pas liées à la construction du barrage Belo Monte.
Ces deux photos datent de 2008 et ne sont pas liées à la construction du barrage Belo Monte. — Capture d'écran Facebook
  • Le post a rencontré un succès considérable sur Facebook : 315.000 partages en un mois.
  • Une internaute s’y indigne du fait que les « médias grand public » ne montrent pas deux images qui montreraient l’expulsion des Kayapo, menacés par la construction du barrage Belo Monte.
  • Ces images ne sont pas liées à la construction de ce barrage.

Un homme autochtone saisi à la gorge par un membre des forces de l’ordre et entouré des policiers armés. Une femme, son enfant sous le bras, se protégeant d’une armée de boucliers, qui cachent les visages et les torses de ceux qui les portent. Un bâton, surgi derrière d’un bouclier, semble la menacer.

Ce post a été partagé 315.000 fois sur Facebook en un mois.
Ce post a été partagé 315.000 fois sur Facebook en un mois. - Capture d'écran Facebook

Les deux photos, saisissantes, ont été partagées sur Facebook par une internaute népalaise. « Cela se déroule en ce moment, explique la militante. Cette image doit atteindre le reste du monde. Les Kayapo en cours d’expulsion de leurs maisons pour la construction du barrage Belo Monte, qui va inonder 161.874 hectares de la forêt amazonienne au Brésil. » L’internaute s’interroge : « Pourquoi n’est-ce pas dans les médias grand public ? » En un mois, le post a été partagé 315.000 fois sur Facebook, un score élevé.

FAKE OFF

Si les « médias grand public » ne parlent pas de ces photos aujourd'hui, c’est pour une raison simple : elles ont été prises...  il y a une dizaine d’années.

La première photo a été prise en mars 2008. Elle montre l’expulsion de peuples autochtones par la police en périphérie de Manaus, au Brésil. Ceux-ci se trouvaient sur un terrain privé, selon un journal brésilien, et étaient à la recherche de nouvelles terres.

Une photo récompensée par un prix prestigieux

La seconde photo, qui montre la femme et son enfant, a également été prise en mars 2008, lors d’une évacuation à Manaus. Il est probable que les deux photos proviennent de la même série. En 2009, Luiz Vasconcelos  a reçu le prestigieux prix World Press Photo dans la catégorie « informations générales » pour le cliché de la femme qui s’oppose à la police. Ces deux photos ne sont donc pas liées à l’évacuation du barrage.

La construction du gigantesque barrage hydraulique Belo Monte - le troisième plus important au monde - a été couverte par les « médias grand public ». D’innombrables reportages et enquêtes dans les médias du monde entier ont suivi ce chantier pharaonique, ainsi que ses conséquences pour les peuples autochtones. D’après l’agence de presse Reuters, 40.000 personnes ont été forcées de quitter leur lieu de vie à cause du chantier.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.