Corée du Nord: Pyongyang annonce la libération d'un touriste japonais

COREE DU NORD On sait peu de choses Tomoyuki Sugimoto, un vidéaste qui se serait rendu au Nord dans le cadre d’un voyage organisé par une entreprise étrangère...

20 Minutes avec AFP

— 

Une vue de Pyongyang (illustration).
Une vue de Pyongyang (illustration). — Ed JONES/AFP

Un touriste japonais qui avait été arrêté en Corée du Nord va être libéré « pour des raisons humanitaires », a annoncé l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA, au moment où Tokyo cherche à organiser un sommet avec Pyongyang.

« Tomoyuki Sugimoto, qui a visité récemment la RPDC en tant que touriste japonais, avait été gardé sous le contrôle de l’institution compétente pour une enquête sur son crime commis contre la loi de la RPDC », a indiqué dimanche soir KCNA, en citant les initiales de la République populaire et démocratique de Corée (RPDC), le nom officiel du régime.

On ne connaît que peu de choses sur Tomoyuki Sugimoto. Les médias japonais ont affirmé qu’il était un vidéaste qui se serait rendu au Nord dans le cadre d’un voyage organisé par une entreprise étrangère. Il se peut qu’il ait été soupçonné de tourner une vidéo d’une installation militaire dans le port de Nampo, dans l’ouest du pays, selon des sources gouvernementales japonaises citées par des médias.

On ignore si Tomoyuki Sugimoto a été inculpé et KCNA ne précise pas quand il serait libéré. « Les institutions compétentes de la RPDC ont décidé de lui pardonner avec clémence et de l’expulser de la RPDC pour des raisons humanitaires », indique KCNA. Le ministère japonais des Affaires étrangères s’est refusé à tout commentaire.

Les médias japonais évoquent une possible réunion le mois prochain

Il est souvent arrivé que la Corée du Nord arrête des étrangers en les accusant d’espionnage pour les utiliser ensuite à des fins diplomatiques. Trois détenus américains avaient été libérés en mai à l’occasion d’une visite en Corée du Nord du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo.

Le climat s’est largement amélioré sur la péninsule depuis le début de l’année et, notamment, la participation aux Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang d’une délégation du Nord. Cette embellie a été couronnée en avril par un sommet intercoréen, puis en juin par la rencontre historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Le Japon a maintenu une ligne dure vis-à-vis de Pyongyang, qui a testé plusieurs missiles en direction de son territoire. Par ailleurs, Tokyo a longtemps insisté pour obtenir un geste concernant ses citoyens enlevés pendant la guerre froide par des agents nord-coréens. Mais Tokyo envisage la tenue d’un sommet entre Kim Jong-un et le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Les médias japonais évoquent une possible réunion en marge d’un forum international à Vladivostok, en Russie, le mois prochain.