Commerce: Progrès à Washington sur l'Aléna, timide avancée avec la Chine

LIBRE-ECHANGE Négociateurs mexicains et américains ont avancé jeudi sur la refonte de l’accord de libre-échange Aléna mais ils devront continuer la semaine prochaine…

N.Sa avec AFP

— 

La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, son homolgue mexicain Luis Videgaray Caso et le ministre mexicain de l'Economie Ildefonso Guajardo, réunis pour une conférence de presse sur l'accord de libre-échange Aléna, le 25 juillet 2018 à Mexico.
La ministre canadienne des Affaires étrangères Chrystia Freeland, son homolgue mexicain Luis Videgaray Caso et le ministre mexicain de l'Economie Ildefonso Guajardo, réunis pour une conférence de presse sur l'accord de libre-échange Aléna, le 25 juillet 2018 à Mexico. — Tischler/Shutter/SIPA

Bientôt la fin de la guerre commerciale déclenchée par Trump il y a plusieurs mois ? Le Mexique et les Etats-Unis sont sur le point de finaliser un accord préliminaire, préalable à une reprise des discussions avec le Canada sur un nouvel Aléna, l’accord de libre-échange liant les trois pays, ont annoncé mercredi les négociateurs mexicains.

Le ministre mexicain de l’Economie Ildefonso Guajardo a déclaré espérer conclure « dans les prochaines heures ou les prochains jours » les discussions bilatérales avec son homologue américain, le représentant au Commerce Robert Lighthizer, engagées il y a cinq semaines à Washington.

Un accord à approuver à nouveau tous les cinq ans ?

« Il est possible qu’on boucle tout entre les Etats-Unis et le Mexique cette semaine », a de son côté indiqué à des journalistes Jesus Seade, le négociateur en chef du Mexique dans les négociations pour un nouvel Aléna.
« Le Canada doit encore nous rejoindre, nous ne devons pas nous précipiter, mais nous sommes déjà proches », a-t-il ajouté, en précisant que les sujets difficiles étaient abordés.

Parmi eux figure notamment la demande américaine d’une clause dite « crépusculaire », qui impliquerait que l’accord soit approuvé à nouveau tous les cinq ans, ce à quoi le Mexique comme le Canada sont opposés.

La négociatrice canadienne Chrystia Freeland s’est dite encouragée par les progrès réalisés. Le ministre mexicain de l’Économie avait indiqué que le Canada rejoindrait les pourparlers une fois que les questions les plus importantes pour son pays auraient été réglées. Le négociateur mexicain, Jesus Seade, s’est dit optimiste sur le fait que l’accord puisse être conclu d’ici le 29 août.

Aléna responsable du chômage aux USA selon Trump

Les responsables américains avaient fait savoir que si l’accord pouvait être conclu avant la fin du mois d’août, il serait possible d’obtenir l’approbation du Congrès pour le nouvel Aléna avant que le président élu du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, ne prenne ses fonctions le 1er décembre en remplacement d’Enrique Peña Nieto.

Cela mettrait également l’accord en place avant que le nouveau Congrès américain ne siège en janvier, ce qui le protégerait de la possibilité d’une opposition des démocrates si ceux-ci remportent la majorité lors des élections de mi-mandat de novembre.
Les négociations pour moderniser l’Aléna, signé il y a 24 ans, ont été entamées il y a un an à la demande de Donald Trump, qui juge cet accord responsable de la disparition de milliers d’emplois dans son pays, en particulier dans le secteur automobile.

Renouer le dialogue avec la Chine

Parallèlement à ces discussions sur les échanges au sein des trois pays de l’Amérique du Nord, l’administration Trump s’est attelée à tenter de renouer le dialogue avec Pékin, au point mort depuis deux mois.

Une délégation d’une dizaine de négociateurs chinois menée par le vice-ministre du Commerce Wang Shouwen et le vice-ministre des Finances Liao Min a planché avec le sous-secrétaire américain au Trésor chargé des affaires internationales David Malpass et des adjoints du représentant au commerce.

Mais comme l’avait laissé entendre Donald Trump en disant « ne pas en attendre grande chose », ces travaux n’ont pas semblé déboucher sur une avancée majeure alors qu’une multitude de produits chinois et américains sont devenus 25 % plus chers jeudi du fait de l’imposition de tarifs douaniers supplémentaires.