Espagne: L'assaillant du commissariat catalan était suicidaire, selon sa femme

TERRORISME Son épouse est une Espagnole qui se serait convertie à l’islam après l’avoir rencontré...

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier catalan devant le commissariat attaqué lundi matin.
Un policier catalan devant le commissariat attaqué lundi matin. — LLUIS GENE / AFP

L’assaillant au couteau qui a attaqué un commissariat de Catalogne était suicidaire, selon sa femme citée par des médias espagnols. Avant d’ajouter que son mari était aussi homosexuel et qu'il en avait honte, ce qui explique selon elle en partie son geste.

L’assaillant, de nationalité algérienne et âgé de 29 ans, avait crié le nom d’Allah lors de son agression lundi à l’aube à Cornella de Llobregat, en Catalogne, au nord-ouest de l’Espagne, un acte qui a été qualifié d'« attaque terroriste » par les autorités.

Un divorce était prévu

Son épouse est une Espagnole qui se serait convertie à l’islam après l’avoir rencontré. Selon le journal La Vanguardia et d’autres médias, elle a déclaré au Mossos d’Esquadra, les forces de police catalanes, que son mari lui avait confié il y a deux mois être homosexuel.

Il en aurait ressenti de la « honte », a-t-elle ajouté, car c’était contraire à sa foi musulmane. Elle lui avait annoncé il y a quinze jours son intention de divorcer et soupçonne son mari d’avoir voulu se suicider, toujours selon La Vanguardia. Ni le ministère espagnol de l’Intérieur ni les Mossos n’ont voulu commenter ces informations de presse.

« Désir clairement prémédité »

Lundi, l’agresseur a sonné à l’interphone du commissariat pour se faire ouvrir la porte, à 05h45 du matin. Une fois à l’intérieur, il a sorti « un grand couteau » et s’est jeté sur les policiers dans « un désir clairement prémédité de tuer un agent de nos forces de l’ordre », a expliqué à la presse le commissaire Rafel Comes, des Mossos d’Esquadra.

« L’agente a fait usage de son arme à feu pour sauver sa propre vie », a-t-il dit, précisant que l’homme avait crié « Allah » et des mots que les policiers n’ont pas compris.