Religion: Une fidèle de l'«Eglise du monstre volant en spaghettis» veut apparaître sur son passeport avec une passoire sur la tête

INSOLITE Au nom de sa religion...

C. Ape.

— 

Mienke de Wilde veut porter une passoire au nom de sa religion, le pastafarisme
Mienke de Wilde veut porter une passoire au nom de sa religion, le pastafarisme — PIROSCHKA VAN DE WOUW / ANP / AFP

Le « pastafarisme » ou l'« Eglise du monstre volant en spaghettis », n’est pas une religion. C’est la décision rendue par la justice néerlandaise, qui a débouté une adepte du « pastafarisme » souhaitant apparaître avec une passoire sur la tête sur la photographie de son passeport et son permis de conduire, révèle The Guardian.

Aux Pays-Bas, la loi autorise, pour de « véritables » raisons religieuses, la couverture partielle de la tête sur les photos officielles.

Mais selon la cour, ce n’est pas le cas de Mienke de Wilde, étudiante en droit, puisque cette religion est satirique. La jeune femme a déclaré que l’Eglise était humoristique, mais que sa demande était tout à fait sérieuse. Elle entend porter l’affaire devant la Cour européenne des Droits de l’homme pour obtenir gain de cause, rapporte le journal local AD.

Fondée en 2005 par l’Américain Bobby Henderson L'« Eglise du spaghetti volant » répond notamment au créationnisme des fondamentalistes chrétiens. Sa divinité n’est autre que « le monstre du spaghetti volant », à qui les disciples rendent hommage en portant des passoires sur la tête.

Contrairement aux Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande reconnaît cette religion. Un premier mariage de « pastafariens » a même eu lieu en 2016. Du côté des Etats-Unis, où l’Eglise a vu le jour, il faut aller au Texas pour être autorisé à porter une passoire sur sa tête sur leur photo d’identité.

>> A lire aussi : La Nouvelle-Zélande accorde à l’église du Monstre volant en spaghettis le droit de célébrer des mariages

 

Mots-clés :