VIDEO. Bahreïn: Deux femmes agressées sexuellement dans une piscine, le gérant les tient pour responsables

BAHREÏN Début août, deux femmes ont été agressées sexuellement​ par un groupe d’hommes dans un parc aquatique au Bahreïn. Le responsable du lieu a estimé que c’était de leur faute…

M.F.

— 

Piscine (illustration)
Piscine (illustration) — Markusspiske/ PixaBay

Alors non : les femmes ne « cherchent » pas à se faire agresser. Le 3 août dernier, deux Saoudiennes ont été agressées sexuellement par plusieurs hommes dans une piscine du « Lost Paradise of Dilmun », au Bahreïn. La scène a été filmée par une personne se trouvant dans le bassin. Sur la vidéo de dix secondes, on voit les deux jeunes femmes en maillot de bain encerclées par un groupe d’hommes. Ces derniers crient, leur font des remarques sur leur tenue, les éclaboussent, les touchent et leur tirent le maillot, tandis que les victimes tentent péniblement de s’enfuir.

Massivement relayée sur les réseaux sociaux, la vidéo a indigné les internautes et a poussé le gérant à réagir, mais pas vraiment comme on aurait pu s’y attendre. Dans un communiqué, celui-ci a affirmé qu'« il ne s’agissait pas d’un acte de harcèlement sexuel », car il avait été conseillé aux femmes de ne pas fréquenter les piscines bondées. « Les deux femmes ont donc clairement choisi de se baigner dans une piscine fréquentée par des célibataires, et se sont donc mises dans une situation risquée. »

« Les victimes ne déposent jamais plainte »

Une situation qui n’étonne pas S. Yousif Almuhafdah est un activiste de l’organisation des droits de l’Homme, Bahrain Human Rights, contacté par Les Observateurs de France 24. « Les garçons se sentent surpuissants, et les réactions des autorités vont toujours dans leur sens car au lieu de poursuivre la bande de harceleurs, ils décident de blâmer les victimes pour avoir décidé de se baigner dans une piscine remplie d’hommes. Face à ces mentalités, les victimes ne déposent jamais plainte, et même si elles le faisaient, elles ne pourraient obtenir de suivi. Au royaume du Bahreïn, si tu es harcelée, c’est que tu l’as cherché. »

Cependant, face au bad buzz sur les réseaux sociaux, le parc aquatique visité par des vacanciers venant de tous les pays du Golfe, a été obligé de réagir. Même si les deux femmes n’ont pas porté plainte, une enquête a été ouverte. Un cadre supérieur du parc aquatique a déclaré au site d’information en ligne Gulf Daily News que les images des caméras de surveillance avaient été remises à la police afin que les coupables soient retrouvés et que des mesures soient prises. Il a également ajouté que le nombre d’agents de sécurité avait été augmenté.

Le harcèlement n’est pas considéré comme un délit au Bahreïn

« Il devrait y avoir une politique de tolérance zéro en matière de harcèlement sexuel de toute nature, a déclaré la fondatrice d’Afkarech, le groupe d’émancipation des femmes basé au Bahreïn, Mariam Alammadi. Notre message aux femmes de Bahreïn est que personne ne mérite ce traitement et que personne ne devrait le tolérer ».

Fatima Al Hawaj, avocate bahreïnie, a qualifié les actions de la vidéo de punissables par la loi, car les femmes ont été touchées physiquement, rapporte le Gulf Daily News Cependant, elle a ajouté que le harcèlement n’était pas considéré comme un délit au Bahreïn.