Espace: Donald Trump veut guerroyer dans les étoiles armé de lasers

FUTUR Les Etats-Unis pourraient se doter d'une force de l'espace qui protégerait les satellites. Mais les élus américains ne sont pas encore prêts à L4approuver...

Yasmina Cardoze

— 

Le vice-président des Etats-Unis Mike Pence a annoncé jeudi la création d'une force de l'espace. CHINE NOUVELLE/SIPA
Le vice-président des Etats-Unis Mike Pence a annoncé jeudi la création d'une force de l'espace. CHINE NOUVELLE/SIPA — SIPA
  • Le vice-président Mike Pence a annoncé la création d'une branche de l'armée;
  • Ce nouveau corps militaire serait consacré à la guerre spatiale;
  • De nombreux élus sont réticents, à cause du coût : 8 milliards de dollars;

Le gouvernement américain a annoncé jeudi la création d’une force spatiale, une branche de l’armée dévolue au combat dans l’espace. Le Congrès doit encore approuver ce projet, mais pour l’instant, même dans le camp du président, les élus sont réticents.

La force de l’espace, qu’est ce que c’est ?

L’armée américaine compte actuellement cinq branches : l’armée de terre, l’armée de l’air, la marine, le corps des marines et les garde-côtes. Il s’agirait d’y ajouter la force de l’espace, qui aurait pour mission de défendre les 200 satellites américains. La défense spatiale est pour l’instant du ressort de l’armée de l’air. Elle compte notamment deux escadrons de Space aggressors, « agresseurs de l’espace » qui ont pour rôle d’entraîner le reste de l’armée à se défendre en cas d’attaque dans l’espace. Lors de ces faux combats, ils apprennent entre autres à se repérer sans GPS - dans l’hypothèse où plusieurs satellites américains auraient été neutralisés ou si le signal a été brouillé - et donc avec une carte et un compas. L’armée de l’air dispose également d’une navette spatiale sans passager dont la mission est secret-défense. Un général de l’espace a aussi été nommé en 2017.

A quoi ça servirait ?

Les Etats-Unis ne cherchent pas à se protéger d’extra-terrestres qui n’auraient pas encore été découverts mais d’éventuelles attaques de la part de la Chine ou de la Russie. « Aujourd’hui d’autres nations cherchent à perturber nos systèmes basés dans l’espace et contestent comme jamais la suprématie américaine », a déclaré Mike Pence, le vice-président. Ces deux pays auraient commencé à développer des armes lasers et des missiles pour détruire les satellites. En réalité, l’arme laser chinoise ne peut sans doute qu’aveugler l’adversaire et leur missile a été lancé en 2007 pour détruire un de leurs propres satellites. Quant aux Russes ils en seraient seulement au stade de la recherche. Les Etats-Unis, eux disposent bien d’une arme laser capable d’abattre un drone mais elle doit être alimentée par un camion rempli de batteries.

Quelles sont les motivations du président américain ?

Depuis la fin des années 1950, la conquête spatiale est un argument électoral. C’était d’abord un enjeu de la guerre froide qui a notamment conduit à la création de la NASA, victime de coupes budgétaires sous l’administration Trump. Richard Nixon, Ronald Reagan les Bush père et fils ont porté des projets de conquête spatiale pour récolter des votes. Or, en novembre, se dérouleront les midterms, les élections de mi-mandat. Et les opposants de Trump, les démocrates, pourraient bien reprendre le contrôle de la chambre des représentants. L’équipe de campagne de Trump pour 2020, quant à elle, a déjà contacté ses partisans pour leur proposer de choisir le logo de cette nouvelle branche de l’armée.

Ce projet va-t-il se concrétiser ?

Encore faut-il que le Sénat approuve ce projet. Tant les républicains que les démocrates sont réticents. Le projet de force de l’espace coûterait 8 milliards de dollars, répartis sur cinq ans. Il faudrait aussi créer une centaine de postes administratifs. Certains sénateurs, comme Brian Schatz, appellent à plutôt utiliser cet argent pour améliorer le système de santé.