Etats-Unis: Un juge ordonne le retour d'un avion transportant deux migrantes expulsées

JUSTICE « Que quelqu’un qui cherche à obtenir justice aux États-Unis soit expulsé pendant que ses avocats plaident en sa faveur ? C’est inacceptable », a déclaré le juge…

20 Minutes avec agences

— 

Le marteau de la justice. Illustration.
Le marteau de la justice. Illustration. — PureStock - Sipa

A Washington, un juge a ordonné ce jeudi le retour d’un avion qui ramenait chez elles deux réfugiées, une mère et sa fille, qui avaient demandé l’asile aux États-Unis. Il a aussi menacé de poursuivre le ministre de la Justice pour outrage à magistrat, selon l’ACLU.

Les deux migrantes avaient porté plainte avec cette association de défense des droits civiques contre leur expulsion vers le Salvador. Une audience s’est tenue jeudi, et le juge avait bloqué leur expulsion jusqu’à l’examen de l’affaire.

« Je ne suis pas du tout content »

Mais « alors que nous étions devant la cour, nous avons appris que le gouvernement [les] avait expulsées à peine quelques heures auparavant, mettant leurs vies en danger », explique l’ACLU sur Twitter. « Cela contredit l’engagement du gouvernement devant la cour selon lequel PERSONNE ne serait expulsé avant le lendemain au plus tôt ».

Le juge a alors ordonné aux autorités de faire rebrousser chemin à l’avion pour ramener les deux migrantes. Il a qualifié la décision du gouvernement de « scandaleuse » dans le Washington Post. « Que quelqu’un qui cherche à obtenir justice aux États-Unis soit expulsé pendant que ses avocats plaident en sa faveur ? […] Je ne suis pas du tout content. C’est inacceptable. »

Durcissement de la demande d’asile

L’avion n’a finalement pas pu faire demi-tour, mais la mère et sa fille n’ont pas quitté l’appareil à l’atterrissage et reviendront bientôt sur le territoire américain. Les deux réfugiées avaient fui « les violences conjugales et la brutalité des gangs » en Amérique centrale. La mère avait fini par fuir après « 20 ans d’horribles violences sexuelles de la part de son mari et des menaces de mort » de la part d’un gang.

En juin, le ministre américain de la Justice Jeff Sessions a annoncé que règles de procédures de demande d’asile allaient être durcies pour limiter le flux de migrants venant d’Amérique centrale. Les allégations de violences conjugales ou provenant de gangs ne seront ainsi plus suffisantes pour déposer une requête aux postes-frontières.

>> A lire aussi : Les sénateurs socialistes saisissent le Conseil constitutionnel sur la loi «asile-immigration»

>> A lire aussi : 711 enfants de migrants n'ont pas été réunis avec leurs parents