Bolivie: La médaille présidentielle volée pendant que son gardien visitait une maison close

BOLIVIE La précieuse médaille présidentielle bolivienne, sertie d’or et de joyaux a été volée pendant que son gardien était dans une maison close…

20 Minutes avec AFP

— 

Sur cette photo datant du 23 mars 2018, le président bolivien Evo Morales, à droite, porte la médaille présidentielle volée ce mardi 7 août.
Sur cette photo datant du 23 mars 2018, le président bolivien Evo Morales, à droite, porte la médaille présidentielle volée ce mardi 7 août. — Juan Karita/AP/SIPA

Grillé… Alors que son gardien était parti dans une maison close, la médaille présidentielle bolivienne a été volée, selon un rapport de la police divulgué ce mercredi. Le bijou historique serti d’or et de joyaux datait de la fondation de la République en 1825. « C’est un coup dur pour la République, pour l’Etat », a réagi l’ex-président bolivien Carlos Mesa. Sa perte « est l’équivalent du vol de la couronne de la reine Elizabeth II d’Angleterre ».

Le lieutenant Roberto Juan de Dios Ortiz Blanco devait apporter la médaille et l’écharpe présidentielles à la ville de Cochabamba (centre), où le président Evo Morales devait tenir un discours lors d’un défilé militaire le lendemain. Son vol du mardi soir étant retardé, l’officier a décidé de tuer le temps en visitant plusieurs maisons closes, selon un rapport de la police cité par la presse.

Le gardien aurait mis la médaille dans son sac

« Je suis entré dans plusieurs de ces endroits [maisons closes], différents endroits, puis je suis retourné là où j’avais garé mon véhicule. Quand je suis arrivé, mon sac, contenant les insignes nationaux, avait été volé », a déclaré Roberto Ortiz Blanco lorsqu’il a signalé le vol à la police.

La médaille en or, sertie d’émeraudes, est normalement gardée dans une chambre forte de la Banque centrale mais est parfois mise à la disposition de la présidence pour des évènements officiels. Le ministère de la Défense a indiqué mercredi que « la médaille présidentielle a été volée dans des circonstances qui font toujours l’objet d’une enquête » et que « l’officier chargé de sa sécurité a été arrêté ».