Royaume-Uni: Le combat des héritières pour avoir le droit de siéger à la Chambre des Lords

COMBAT Six filles de Lords issus de l'aristocratie britannique ont porté plainte devant la Cour européenne des droit de l'Homme pour faire reconnaître leur droit à hériter du siège de leur père...

L.Br.

— 

La Chambre des Lords à Londres, le 21 juin 2017.
La Chambre des Lords à Londres, le 21 juin 2017. — CARL COURT / POOL / AFP

Au Royaume-Uni, les Ladies revendiquent le droit à leur héritage. Six femmes, toutes filles de Lords, ont décidé d’attaquer leur pays devant la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) fin juillet, selon Le Monde. Au sein de l’aristocratie britannique, la tradition veut que le siège des Lords revienne à leur progéniture… masculine.

Elles veulent faire un procès au Royaume-Uni pour « discrimination sexuelle ». Ces six Ladies veulent renverser l’ordre établi dans l’aristocratie britannique en prenant pour exemple la Chambre des Lords. Cette institution britannique, chambre haute du Parlement, est composée de 800 membres environ, nommés par le gouvernement. Les femmes peuvent même y siéger depuis 1958.

L’aristocratie refuse aux femmes le droit d’hériter

Pour ne pas froisser les nobles, 92 sièges leur sont réservés depuis la réforme de 1999, afin qu’ils se les répartissent. Ils peuvent ensuite les transmettre à leurs enfants comme un héritage. Tous ? Non, seulement à leurs descendants masculins. Comme le veut la règle de la primogéniture masculine dans l’aristocratie britannique, les titres ne peuvent être transmis aux filles.

« C’est le dernier bastion où l’on trouve des discriminations sexuelles dans notre pays », dénonce Henrietta Byng dans les colonnes du Daily Mail. Elle est l’une des plaignantes, aînée de trois filles, qui verrait un lointain cousin canadien lui confisquer la place de Lord, à la mort de son père. La décision de la CEDH pourrait prendre des années. En attendant, les Ladies espèrent éveiller l’opinion publique britannique dans la foulée du mouvement MeToo.