Amsterdam: Il y a trop de monde dans le Quartier rouge, la ville va réguler les flux de touristes

INCIVILITÉS Un code couleur a été imaginé pour quantifier et réguler la présence de touristes dans le Quartier rouge, victime de son succès...

20 Minutes avec agences

— 

Image d'illustration d'un club dans le quartier rouge à Amsterdam.
Image d'illustration d'un club dans le quartier rouge à Amsterdam. — Os Rupias / Flickr.com

Il y a trop de touristes dans le Quartier rouge d’Amsterdam (Pays-Bas). La ville a annoncé ce mardi des mesures pour « réduire la pression sur le centre-ville et pour améliorer l’accès au Wallen » (berges des canaux), notamment en fermant des rues pour nettoyage.

Cette initiative a été motivée par la déclaration d’un délégué municipal, qui mettait en garde contre la transformation du centre-ville en une « jungle » la nuit. Il soulignait que la police était dans l’impossibilité de lutter correctement contre la criminalité et la violence.

Un code couleur et des « hôtes »

« Quantité de détritus sont jetés dans les rues », a indiqué la capitale néerlandaise. « C’est pourquoi des ''pauses de nettoyage'' vont être introduites pour certaines rues. » Certains secteurs du Quartier rouge seront ainsi fermés au public.

La ville institue aussi un code couleur pour réguler la densité de la foule. « Si le code est rouge, des ''hôtes'' seront déployés et si nécessaires les rues seront fermées », indique la municipalité. Ces « hôtes » seront des employés municipaux chargés de diriger les touristes vers des zones moins fréquentées et d’empêcher les incivilités.

Les forces de l’ordre vont également être dotées de terminaux mobiles permettant de verbaliser les touristes et d’obtenir le paiement immédiat des amendes. Quelque 18 millions de touristes se rendent à Amsterdam chaque année, soit davantage que la population totale des Pays-Bas.

>> A lire aussi : Dans le monde, une adolescente est infectée par le VIH toutes les trois minutes

>> A lire aussi : Pays-Bas: Arrêt d'une étude sur le viagra après la mort de onze bébés