La Corée du Nord libère un Sud-Coréen de 34 ans pour «raisons humanitaires»

PAS A PAS La Corée du Nord détient depuis des années par ailleurs six prisonniers sud-coréens...

20 Minutes avec agences

— 

Des Coréens du Sud observent la zone démilitarisée (DMZ) qui les sépare de la Corée du Nord, le 24 avril 2018.
Des Coréens du Sud observent la zone démilitarisée (DMZ) qui les sépare de la Corée du Nord, le 24 avril 2018. — Jung Yeon-je / AFP

Il avait été arrêté le 22 juillet pour entrée illégale en Corée du Nord. Un Sud-Coréen de 34 ans a été libéré par le Nord ce mardi. Le Sud salue un geste positif et « humanitaire ».

Séoul avait été informé lundi de la décision nord-coréenne de libérer cet homme qui avait été arrêté le 22 juillet pour avoir illégalement franchi la frontière. « Nous avons récupéré à Panmunjom en provenance du Nord à 11 heures un Sud-Coréen surnommé Seo, né en 1984 », a annoncé le ministère dans un communiqué. Une référence au village où fut signée la trêve de la Guerre de Corée qui est situé dans la zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux pays.

Libéré pour « raisons humanitaires »

« Le gouvernement apprécie de façon positive ce rapatriement (…) qui a été fait pour des raisons humanitaires », a indiqué le ministère sans plus de précisions sur cette curieuse formulation. Un responsable non identifié du ministère a cependant indiqué à l’agence sud-coréenne Yonhap que cet homme était désormais interrogé par les autorités sud-coréennes. « Nous devons enquêter pour savoir pourquoi il est allé au Nord et comment il a fait », a déclaré ce responsable.

La Corée du Nord détient depuis des années par ailleurs six prisonniers sud-coréens : trois missionnaires chrétiens et trois transfuges d’origine nord-coréenne. Séoul tente toujours d’obtenir leur libération.

>> A lire aussi : Corée du Nord. Des milliers de dépouilles de soldats américains à rapatrier, 65 ans après la fin de la guerre

>> A lire aussi : Corée du Nord. Un ancien déserteur américain meurt trente-neuf ans après s'être réfugié à Pyongyang

>> A lire aussi : VIDEO. Corée du Nord. Une ex-espionne du régime témoigne de l'enlèvement de Françaises par Pyongyang