Chine: L'atelier de l'artiste dissident Ai Weiwei détruit sans préavis à Pékin

DESTRUCTION Des restes d’œuvres ont été retrouvés au milieu des décombres…

20 Minutes avec agences

— 

L'atelier «gauche droite» de l'artiste Ai Weiwei, situé à Pékin, détruit par les autorités chinoises le 3 août 2018.
L'atelier «gauche droite» de l'artiste Ai Weiwei, situé à Pékin, détruit par les autorités chinoises le 3 août 2018. — Ng Han Guan/AP/SIPA

L’atelier de l’artiste Ai Weiwei, situé en périphérie de Pékin (Chine), a été détruit ce vendredi. Cela faisait trois ans que l’artiste dissident avait quitté le pays.

Demolition of the studio starts now.2:00 Beijing time.

A post shared by Ai Weiwei (@aiww) on

Quelques heures plus tôt, l’homme de 60 ans, vivant désormais à Berlin, a posté sur Instagram une vidéo montrant une pelleteuse en action autour de son ancien atelier. « Aujourd’hui, ils ont commencé à démolir mon atelier 'zuo you' ('gauche et droite') », peut-on lire en anglais.

« Il restait encore beaucoup de choses à l’intérieur »

En 2006, Ai Weiwei avait installé dans ce vieux bâtiment industriel son principal atelier de travail. Il n’a exprimé aucune colère face à cette destruction presque attendue, le contrat de location ayant expiré à l’automne dernier. Les membres restants du studio avaient été prévenus de la démolition à venir, mais sans date précise.

Les autorités « sont venues et ont commencé à détruire les fenêtres sans nous prévenir », explique Ga Rang, ancien assistant d’Ai Weiwei. « Il restait encore beaucoup de choses à l’intérieur ». Des restes d’œuvres ont été retrouvés au milieu des décombres vendredi.

Ennemi du régime

Fils d’un poète vénéré par les anciens dirigeants communistes, Ai Weiwei avait, comme architecte, participé à la conception du célèbre stade « nid d’oiseau » pour les jeux Olympiques de Pékin en 2008. Il était ensuite tombé en disgrâce pour ses critiques du régime.

En 2011, il avait passé 81 jours en détention, interpellé alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour Hong Kong. Son atelier dans la banlieue de Shanghai avait été démoli en janvier de la même année. Privé de passeport durant quatre ans, il était parti à Berlin après avoir récupéré le document en 2015.

>> A lire aussi : L'Arabie saoudite expulse l'ambassadeur du Canada après des critiques sur les droits de l'Homme

>> A lire aussi : VIDEO. Chine: Un intellectuel, dissident du régime, disparaît après une interview interrompue en direct