Etats-Unis: Un juge donne l'ordre de bâillonner un accusé en plein procès

JUSTICE L’accusé s’est dit « humilié » par cette décision du juge lors de son procès…

L.Br.

— 

La célèbre inscription «In God We trust», dans un tribunal de Washington (Etats-Unis).
La célèbre inscription «In God We trust», dans un tribunal de Washington (Etats-Unis). — Jeff Malet/NEWSCOM/SIPA

Cette scène surréaliste s’est tenue devant un tribunal de l’Etat de l’Ohio aux Etats-Unis, selon RTL. Un accusé qui refusait de se taire lors de l’annonce du verdict de son procès a été bâillonné, sur décision du juge.

Sur la vidéo de l'audition, diffusée le 31 juillet par la chaîne Fox8, l’échange est tendu entre le juge et l’accusé. Franklyn Williams essaie de se défendre pendant que le juge, John Russo, s’exprime. « C’est moi le juge ici. Ferme-la et je te dirai quand tu pourras parler. Compris ? », s’énerve-t-il.

Plusieurs avertissements

Le juge lui explique qu’il souhaite d’abord entendre ses avocats, et qu’il lui donnera la parole ensuite. Williams ne se démonte pas et essaie de plaider sa cause. « Vous essayez de me prendre la vie, et vous ne me laissez pas vous dire ce qui se passe », lance-t-il. Il lui adresse ensuite plusieurs avertissements. « Si nous le devons, je vais vous bâillonner », répète-t-il.

Alors que l’accusé continue à parler, le juge joint l’acte à la parole et demande à six policiers présents dans la salle de coller du scotch sur la bouche de Williams. Une séquence dénoncée par l’American Civil Liberties Union of Ohio, une association de défense des droits de l’homme. « Nous ne pouvons pas considérer cela comme normal. Cela ne prive pas juste cette personne de la possibilité de parler avant que sa vie ne lui soit enlevée, ça lui vole sa dignité », a-t-elle estimé dans un tweet.

Sentiment d’humiliation

« Je me suis senti tellement humilié », confirme Williams. « Le juge ne m’a pas permis de dire ce que j’essayais de dire dans mon dossier. Il m’arrêtait toujours avant que je puisse expliquer quoi que ce soit en mon nom », a-t-il déclaré à Fox8. Le juge, lui, a assuré qu’il n’avait pas voulu aller aussi loin mais qu’il avait été poussé vers cette direction par le manque de respect de Williams envers la justice.

Jugé pour trois vols à main armée, l’accusé a été condamné à vingt-quatre ans de prison pour « vol, enlèvement et utilisation abusive de cartes de crédit ».