La fusillade de Las Vegas restera sans doute à jamais inexpliquée

ETATS-UNIS L'enquête n'a pas permis de déterminer le motif du tireur mais conclut qu'il a agi seul...

P.B. avec AFP

— 

Photo non datée du permis de conduire du tireur de Las Vegas, Stephen Paddock.
Photo non datée du permis de conduire du tireur de Las Vegas, Stephen Paddock. — GOUVERNEMENT US

183 pages et pas de réponse à la question centrale : pourquoi. Pourquoi Stephen Paddock a-t-il ouvert le feu avec un arsenal de guerre sur des festivaliers, faisant 58 victimes, le 1er octobre 2017 à Las Vegas, dans la fusillade la plus meurtrière de l’histoire récente des Etats-Unis ? Vendredi, la police de Las Vegas a conclu que le tireur avait agi seul, mais son motif reste inconnu.

« La question à laquelle nous n’avons pas su répondre est ''pourquoi'' Stephen Paddock a fait ce geste », a déclaré le shérif de Las Vegas, Joe Lombardo, vendredi, en présentant le rapport final de l’enquête.

Pas de signe de radicalisation

Daesh avait rapidement revendiqué cette fusillade, affirmant que Paddock était l’un de ses « soldats », mais l’enquête n’a trouvé aucun signe de radicalisation chez ce sexagénaire texan amateur de poker et d’alcool. « Il n’y avait qu’un seul tireur, et pas de complot », a précisé Joe Lombardo. Interrogée par les autorités, sa compagne, qui se trouvait à l’étranger au moment des faits, a été mise hors de cause.

Paddock, qui s’est suicidé dans les minutes ayant suivi le carnage, n’a laissé ni message ni manifeste. L’analyse de ses finances n’a rien donné : si ses liquidités ont diminué avant le 1er octobre, il possédait plusieurs bien immobiliers et avait payé des dettes de jeu au cours des semaines ayant précédé son acte. Son frère aîné, qui n’avait pas eu de contact avec lui depuis 10 ans, affirme que Paddock souffrait des problèmes mentaux, de paranoïa, notamment, mais il n’était pas suivi.

La seule certitude, c’est que son geste était prémédité : il avait acheté – légalement – 55 armes à feu, dont une douzaine de fusils transformés en arme automatique grâce à un « bumper stock » (une crosse avec ressort). Les autorités ont retrouvé plusieurs milliers de munitions dans sa chambre d’hôtel.