Italie: La justice italienne ne retient pas le motif raciste dans l'agression d'une athlète noire

ENQUETE Daisy Osakue elle-même pensait avoir été visée en raison de sa couleur de peau...

L.Br.

— 

L'athlète italienne Daisy Osakue a été blessée à l'oeil le 29 juillet 2018.
L'athlète italienne Daisy Osakue a été blessée à l'oeil le 29 juillet 2018. — Alessandro Di Marco/AP/SIPA/Ansa

Le motif raciste de l’agression de l’athlète Daisy Osakue n’a pas été retenu par la justice italienne, selon Le Monde. Les suspects auraient en effet attaqué d’autres passants de manière similaire.

Son agression avait ému au-delà des frontières italiennes. L’athlète d’origine nigériane Daisy Osakue avait été attaquée dans les environs de Turin le 29 juillet. Trois adolescents lui avaient envoyé un œuf au visage, causant une lésion de la cornée et des abrasions chez la discobole.

Des victimes choisies au hasard

L’histoire a choqué l’opinion. La victime étant noire, et face à la montée du racisme en Italie, l’agression avait été taxée de raciste. Daisy Osakue elle-même pensait avoir été visée en raison de sa couleur de peau.

Mais le procureur de Turin n’a pas retenu ce motif. Il a expliqué mardi que le même mode opératoire avait été utilisé par les trois adolescents pour attaquer un homme blanc quelques minutes après. D’autres agressions ont eu lieu plus tôt contre d’autres femmes ainsi qu’une maison de retraite. Les jeunes ont été identifiés grâce à leur voiture. L’un d’eux est le fils d’un conseiller municipal démocrate d’une ville voisine. Tous trois ont reconnu les faits, et expliqué avoir choisi leurs victimes au hasard.

>> A lire aussi : Agressions racistes en Italie. «Il y a une recrudescence du racisme liée aux signaux envoyés pendant la campagne électorale»

>> A lire aussi : Coupe du Monde 2018. En Italie, une vague de commentaires racistes après la victoire des Bleus

>> A lire aussi : Italie. Une fusillade raciste choque le pays à un mois des législatives