Emmerson Mnangagwa a été élu président du Zimbabwe dès le premier tour, le 2 août 2018, avec 50,8% des suffrages.
Emmerson Mnangagwa a été élu président du Zimbabwe dès le premier tour, le 2 août 2018, avec 50,8% des suffrages. — CHINE NOUVELLE / SIPA

SCRUTIN

Zimbabwe: Emmerson Mnangagwa élu président, son adversaire conteste les résultats

L'ancien bras-droit de Mugabe s'impose avec 50,8% des voix au premier tour, selon les résultats annoncés par la commission électorale...

Voilà qui ne devrait pas faire retomber les tensions. Le dirigeant zimbabwéen sortant, Emmerson Mnangagwa, ancien bras droit de Robert Mugabe tombé en novembre, a été élu dès le premier tour de la présidentielle avec 50,8 % des suffrages, a annoncé vendredi la commission électorale.

Mnangagwa a devancé le leader de l’opposition Nelson Chamisa, qui a obtenu 44,3 % des voix, a annoncé la présidente de la commission, Priscilla Chigumba, lors d’une conférence de presse à Harare, organisée dans un climat tendu alors que l’armée patrouille la capitale. Chamisa a rejeté des résultats "faux" et annoncé son intention de porter l'affaire en justice.

« Merci Zimbabwe (…). C’est un nouveau départ. Unissons-nous dans la paix, l’unité et l’amour et ensemble construisons un nouveau Zimbabwe pour tous », a lancé Mnangagwa sur son compte Twitter. « Même si nous avons été divisés pendant les élections, nous sommes unis dans nos rêves », a-t-il ajouté.

« Résultats faux »

Quelques minutes avant l’annonce des résultats définitifs, un porte-parole de l’opposition avait pris la parole lors de la conférence de presse de la commission électorale pour dénoncer des « résultats faux ».

Mnangagwa dirige le Zimbabwe depuis la chute en novembre du président Robert Mugabe, contraint par l’armée et son parti, la Zanu-PF, de démissionner après trente-sept ans au pouvoir.

Depuis son indépendance en 1980, le pays n’a connu que deux chefs de l’Etat, tous les deux issus de la Zanu-PF : Mugabe et Mnangagwa, son ancien vice-président âgé de 75 ans qui obtenu vendredi la légitimité des urnes.