Nouvelle-Zélande: La Première ministre reprend ses fonctions six semaines après son accouchement

NOUVELLE-ZELANDE Jacinda Ardern est devenue en juin la deuxième cheffe de gouvernement dans le monde à avoir un enfant alors qu’elle était en fonction...

M.C. avec AFP

— 

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern avec son compagnon Clarke Gayford et leur fille Neve, à Auckland le 24 juin 2018.
La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern avec son compagnon Clarke Gayford et leur fille Neve, à Auckland le 24 juin 2018. — Greg Bowker/AP/SIPA

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a repris jeudi ses fonctions, six semaines après être devenue en juin la deuxième cheffe de gouvernement dans le monde à avoir un enfant alors qu’elle était en fonction. La dirigeante de 38 ans a décidé de travailler de son domicile à Auckland jusqu’à ce week-end, avant de retourner dans la capitale Wellington.

Dans un message posté sur son compte Facebook le week-end dernier, elle avait indiqué que sa famille allait « vraiment, vraiment bien ». « La vie va évidemment être un petit peu différente », a-t-elle ajouté en berçant sa petite fille, Neve, née le 21 juin.

Son compagnon Clarke Gayford, 40 ans, qui anime une émission de télévision sur la pêche, a décidé d’être un père au foyer, le principal parent à s’occuper de leur premier enfant.

Précédée par la Pakistanaise Benazir Bhutto

La Première ministre charismatique marche dans les pas de la Pakistanaise Benazir Bhutto, qui avait accouché en janvier 1990 alors qu’elle était au pouvoir. Jacinda Ardern avait pris ses fonctions en octobre 2017 quelques mois à peine après avoir pris les commandes du parti travailliste.

Elle avait été portée par une impressionnante vague de sympathie appelée « Jacinda-mania » par les médias, qui lui avait valu, du fait de sa jeunesse, d’être comparée au Français Emmanuel Macron et au Canadien Justin Trudeau.

« Je suis enceinte, pas handicapée »

Jacinda Ardern avait annoncé qu’elle entendait prendre six semaines de congé maternité. Ses fonctions ont été assurées en son absence par son adjoint Winston Peters. Pendant la campagne électorale, elle avait refusé de répondre aux questions sur ses intentions en matière de maternité. Celle-ci ne doit pas avoir de conséquence sur la carrière des femmes, avait-elle martelé.

Après l’annonce de sa grossesse, elle avait dit que la naissance n’aurait pas de conséquence sur ses capacités à faire son travail, déclarant : « je suis enceinte, pas handicapée ».