Etats-Unis: La justice américaine suspend l'autorisation d'imprimer des armes en 3D

PLASTIQUE Le fondateur de Defense Distributed a toutefois pris tout le monde de court : Cody Wilson a déclaré qu’il avait déjà publié les plans sur Internet....

20 Minutes avec AFP

— 

Travis Lerol tient le premier pistolet réalisé entièrement en 3D, en 2013.
Travis Lerol tient le premier pistolet réalisé entièrement en 3D, en 2013. — Robert MACPHERSON / AFP

La justice américaine a temporairement suspendu mardi la mise en ligne de plans numériques permettant de fabriquer des armes à l’aide d’une imprimante 3D, une perspective qui avait ému une partie de la classe politique américaine.

Saisi lundi en urgence, un tribunal fédéral de Seattle a fait droit à la demande des procureurs de huit Etats américains et de la capitale fédérale Washington, qui voulaient empêcher l’accès à ces plans. Le magistrat Robert Lasnik a indiqué qu’il examinerait le dossier sur le fond lors d’une nouvelle audience le 10 août.

Intraçable et indétectable

L’entreprise visée par les procureurs, Defense Distributed, semble toutefois avoir pris tout le monde de court : Cody Wilson, son fondateur a déclaré qu’il avait déjà publié les plans sur Internet. Un site fermé par la décision de justice. Fin juin, après une longue bataille judiciaire, le gouvernement fédéral avait autorisé Defense Distributed à mettre en ligne des schémas numériques permettant de fabriquer depuis chez soi une arme à partir d’une imprimante 3D. L’objet est en plastique mais fonctionne comme une arme bien réelle. Il est potentiellement intraçable et indétectable par les détecteurs de métaux.

Officiellement, la mise en ligne des programmes d’instruction devait intervenir le 1er août. Mais Cody Wilson a indiqué mardi au magazine Wired qu’il avait déjà publié les schémas le 27 juillet. Et, selon la revue, ils ont déjà été « téléchargés des milliers de fois ».

30.000 morts chaque année

Une vingtaine de procureurs d’Etat ont également écrit à l’administration Trump pour dénoncer l’accord passé avec Defense Distributed, qu’ils considèrent comme « profondément dangereux » et de nature à « avoir un impact sans précédent sur la sécurité publique ».

Les Etats-Unis, où environ 30.000 personnes meurent chaque année à cause d’armes à feu, sont déjà profondément divisés sur la question de la réglementation sur les armes personnelles, notamment à cause des nombreuses fusillades de masse, souvent perpétrées avec des armes achetées légalement.

>> A lire aussi : Etats-Unis. A Chicago, une borne de fusils en libre service pour sensibiliser sur les armes à feu

>> A lire aussi : Des dizaines de milliers d'élèves lancent un appel contre les armes à feu

>> A lire aussi : Trump veut interdire les «bump stocks» et renforcer les contrôles