VIDEO. Sacha Baron Cohen piège un républicain avec un «détecteur de pédophiles»

ETATS-UNIS Roy Moore, l'ex-juge accusé d'attouchements sur des adolescentes dans l'Alabama, a claqué la porte du plateau...

Philippe Berry

— 

Sacha Baron Cohen piège l'ancien candidat républicain Roy Moore dans l'émission «Who is America» diffusée le 29 juillet 2018.
Sacha Baron Cohen piège l'ancien candidat républicain Roy Moore dans l'émission «Who is America» diffusée le 29 juillet 2018. — SHOWTIME

Sacha Baron Cohen continue de martyriser la droite américaine. Après avoir poussé à la démission un élu local qui s’est retrouvé les fesses à l’air en train de proférer des insultes racistes, le satiriste a piégé l’ex-candidat à la sénatoriale de l’Alabama, Roy Moore, avec un « détecteur de pédophile ». Après plus de deux minutes interminables de malaise, l’ancien juge accusé d’attouchements sur des jeunes femmes mineures dans les années 70, a claqué la porte du plateau.

Pour sa mini-série Who is America, diffusée sur Showtime, le comique britannique s’est fait passer pour un ancien colonel israélien, Erran Morad. Dans l’épisode diffusé dimanche, il commence par demander à Moore pourquoi l’Alabama a un lien si fort avec Israël. Rapidement, il passe à la lutte contre le terrorisme et vante les avancées technologiques de l’Etat hébreu, qui permettent de détecter les tunnels du Hamas. Il explique alors que la même technologie « permet d’identifier d’autres anomalies », notamment une hormone secrétée « par les délinquants sexuels, et surtout les pédophiles ».

« Je ne suis pas un pédophile »

Sacha Baron Cohen sort alors ce qu’il présente comme un détecteur. Qui, évidemment bipe devant Roy Moore et personne d’autre. L’humoriste fait durer la supercherie une bonne minute avant que l’ancien candidat se fâche et se lève : « Je suis marié depuis 33 ans, je n’ai jamais été accusé de cela. »

Visiblement, il ne comprend pas qu’il est en train d’être piégé car il ajoute : « Si c’est un instrument, une chose est sûre, je ne suis pas un pédophile. Peut-être que cette technologie israélienne ne fonctionne pas bien. Je mets fin à cette conversation. Je suis un supporter d’Israël, pas de ce genre de trucs. » On attend avec impatience la séquence avec Sarah Palin.