Tadjikistan: Daesh revendique le meurtre de quatre touristes étrangers

TERRORISME Un Français faisait faisait partie du groupe de cyclotouristes visés par l'attaque...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président du Tadjikistan Emomali Rakhmon
Le président du Tadjikistan Emomali Rakhmon — WU HONG / POOL / AFP

L'attaque qui a eu lieu dimanche dans la région de Danghara, à 150 kilomètres au sud de la capitale du Tadjikistan et qui a fait quatre mort, a été revendiquée par Daesh lundi. Un groupe de sept cyclotouristes étrangers, dont un Français, a été renversé par une automobile dont le conducteur a ensuite pris la fuite.

Dans un communiqué en arabe diffusé en ligne et relayé par le groupe spécialisé dans la surveillance des réseaux djihadistes Site, Daesh a revendiqué cette attaque, menée par "un détachement de soldats du califat" autoproclamé contre "des citoyens de pays de la coalition croisée".

Quatre suspects arrêtés

A la suite de cette rare attaque djihadiste au Tadjikistan, pays voisin de l'Afghanistan où les forces locales appuyées par celles de l'Otan combattent à la fois Daesh et les talibans, le président Emomali Rakhmon a appelé à renforcer la sécurité nationale.

Deux Américains, un Suisse et un Néerlandais ont été tués dans cette attaque, tandis qu'un autre Suisse et un autre Néerlandais ont été blessés. Le septième touriste, un Français qui se trouvait en queue de peloton, en est sorti indemne. Selon la police, au moins quatre suspects ont été arrêtés et cinq autres tués dans des opérations pour retrouver les responsables de l'attaque. L'un des suspects abattus par la police, un Tadjik de 21 ans, est le propriétaire présumé de la voiture qui a fauché les touristes.

Une destination prisée par les passionnés de cyclisme

Un cyclotouriste belge, Nicolas Moerman, arrivé sur les lieux juste après l'attaque, a raconté à la radio-télévision publique flamande VRT avoir vu "plusieurs cyclistes sur le sol, certains complètement sous le choc". "J'ai demandé ce qu'il s'était passé et la première chose que quelqu'un m'ait dite, c'est qu'ils avaient été percutés par une voiture et que les gens qui en étaient sortis avaient commencé à les poignarder", a-t-il déclaré.

L'attaque a eu lieu sur la partie la plus méridionale de la voie touristique M41, plus connue sous le nom de route du Pamir, qui relie le Kirghizstan, au nord, à l'Afghanistan, au sud du Tadjikistan. Construite à l'époque soviétique, elle est prisée par les passionnés de cyclisme pour ses tronçons en haute altitude, avec des cols culminants à plus de 4.500 mètres, et ses paysages désertiques.

Le Tadjikistan, une petite ex-république soviétique d'Asie centrale majoritairement musulmane et qui est le plus pauvre des pays issus de l'ex-URSS, est dirigé d'une main de fer par le président Rakhmon depuis 1992.

>> A lire aussi : Quatre cyclotouristes étrangers tués dans une attaque au Tadjikistan