VIDEO. Japon: Face à la canicule, les hommes aussi adoptent l'ombrelle

COUP DE CHAUD Les hautes températures quotidiennes incitent à ne négliger aucun moyen de protection...

M.C.

— 

Une journée de forte chaleur à Tokyo (illustration).
Une journée de forte chaleur à Tokyo (illustration). — Koji Sasahara/AP/SIPA

Le mercure ne montre pas de signes de faiblesse au Japon. Balayé par les intempéries, l’archipel nippon voit défiler les jours de forte chaleur, avec un record de 41,1°C atteint près de Tokyo lundi dernier. Alors que le phénomène a déjà provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes et fait naître des inquiétudes pour les JO 2020, qui battront leur plein dans deux ans exactement, la population adapte ses habitudes pour mieux résister à la chaleur. Les médias japonais rapportent ainsi que l’usage des ombrelles, un accessoire plutôt associé à la gent féminine dans le pays, séduit de plus en plus le public masculin.

Au gré de la chaleur estivale, les ventes de modèles destinés aux hommes auraient connu une envolée. Dans le bâtiment « hommes » du grand magasin Isetan, dans le quartier de Shinjuku à Tokyo, les ventes d’ombrelles ont plus que doublé en juin et juillet, comparé à la même période l’an dernier, rapporte l’agence Kyodo. Beaucoup de clientes auraient confié avoir été envoyées par leurs maris.

« La chaleur extrême a eu raison de la gêne »

« Faire sauter la "barrière psychologique" des hommes a été difficile », explique à l’agence Kazuhiro Miyatake, gérant d’un commerce en ligne d’ombrelles et de parapluies à Osaka. « Je pense que la chaleur extrême a eu raison de la gêne qu’ils pouvaient avoir à utiliser une ombrelle », déclare un autre acteur de l’industrie de l’ombrelle.

Signe de tout bon phénomène de société au Japon, il existe un terme spécifique pour les désigner : « higasa-danshi », les « hommes à ombrelle ». Le mot, qui n’est pas nouveau, affiche ces derniers temps une belle popularité sur Twitter :

Selon une étude citée par le ministère de l’Environnement japonais à l’été 2011, placé sous le signe des économies d’énergie après l’accident de la centrale de Fukushima, le port de vêtements légers – vestes et cravates sont relégués au placard jusqu’à la fin de l’été – conjugué à l’utilisation d’une ombrelle réduirait le stress thermique de 20 %.