Elections au Pakistan: L’opposant Imran Khan revendique la victoire

SCRUTIN Mais les premiers résultats disponibles sont encore très partiels et surtout les autres partis sont loin de reconnaître quelque issue que ce soit…

R. G.-V. avec AFP

— 

Les partisans de Imran Khan ont déjà commencé à fêter la victoire.
Les partisans de Imran Khan ont déjà commencé à fêter la victoire. — AAMIR QURESHI / AFP

L’ex-champion de cricket et homme politique Imran Khan a revendiqué ce jeudi la victoire de son parti aux élections législatives de la veille au Pakistan, marquées par un climat tendu et des accusations de fraude. « Nous avons réussi. On nous a donné un mandat », a déclaré Imran Khan lors d’une intervention télévisée en direct depuis son quartier général de Bani Gala, à quelques kilomètres d’Islamabad.

Les résultats officiels du vote n’ont pas encore été communiqués officiellement par la Commission électorale pakistanaise (ECP) près de vingt-quatre heures après la fermeture des bureaux de vote mercredi. Malgré cela, des centaines de ses partisans avaient célébré dès mercredi soir sa victoire attendue en dansant et chantant dans les rues. Imran Khan a promis dans son programme l’éclosion d’un « nouveau Pakistan ».

Résultats ni connus ni reconnus

Le dépouillement des bulletins a pris énormément de retard en raison de « problèmes techniques » liés à l’utilisation d’un nouveau logiciel électoral, a justifié la Commission électorale pakistanaise. Ces retards ont nourri les soupçons de manipulations, alors que Imran Khan est soupçonné depuis des mois d’avoir bénéficié de l’appui en sous-main de la puissante armée pakistanaise.

Mercredi soir, le PML-N, parti au pouvoir ces cinq dernières années, a annoncé « rejeter intégralement les résultats (…) du fait d’irrégularités manifestes et massives ». D’autres partis politiques ont également fait état de fraudes. La controverse fait suite à une campagne déjà considérée par certains observateurs comme l’une des plus « sales » de l’histoire du pays en raison de ces nombreuses manipulations présumées, et marquée par une visibilité accrue des partis religieux extrémistes.