Nouvelle Zélande: Le pays accuse l'Australie d'avoir copié son drapeau et lui demande de le changer

SYMBOLE Selon un sondage, 62 % des Néo-Zélandais pensent que l'Australie devrait changer de drapeau... 

20 minutes avec agence

— 

Le drapeau de Nouvelle-Zélande devant le Parlement, à Wellington, le 29 octobre 2014
Le drapeau de Nouvelle-Zélande devant le Parlement, à Wellington, le 29 octobre 2014 — Marty Melville AFP

Rien ne va plus entre Wellington et Canberra. Le vice-Premier ministre Winston Peters de Nouvelle-Zélande, accuse l’Australie d’avoir copié le drapeau de son pays et lui demande de changer le sien, rapporte The Guardian.

Les deux drapeaux comportent en effet tous deux l’Union Jack – le drapeau britannique – dans le coin supérieur gauche. Ce n’est pas le seul élément similaire, les deux étendards arborant aussi un fond bleu. La seule différence se résume à six étoiles blanches pour l’Australie et quatre étoiles rouges bordées de blanc pour la Nouvelle-Zélande.

Demande populaire

L’actuel drapeau néo-zélandais date de 1902, alors que celui du grand pays voisin a vu le jour en 1954. « Nous avions un drapeau et nous l’avions depuis longtemps », a indiqué Winston Peters sur la chaîne locale TVNZ. « Il a été copié par l’Australie et ils devraient changer leur drapeau et respecter le fait que nous avons eu ce motif les premiers ».

Selon un sondage réalisé en ligne par The New-Zeland Herald, 61 % de la population approuve les demandes de son vice-Premier ministre.

Deuxième demande

Ce n’est pas la première fois que Winston Peters, aussi ministre des Affaires étrangères, formule une telle demande à l’Australie. Il l’avait déjà fait en 2016 alors qu’un référendum sur la question du changement du drapeau néo-zélandais avait été organisé.

56,6 % des votants ont choisi de garder le drapeau tel quel. 43,2 % auraient préféré qu’une feuille de fougère argentée, un symbole national en Nouvelle-Zélande, remplace l’Union Jack.

>> A lire aussi : VIDEO. Les Néo-zélandais conservent l'Union Jack britannique

>> A lire aussi : Corse: Après la Bretagne, le drapeau corse devient un emoji