Droits de douane: «Tout ira bien» dit Trump pour défendre sa politique commerciale

METHODE COUE Le président américain, qui a déclenché des guerres commerciales avec la Chine et l’Europe, notamment, tente de rassurer…

R. G.-V. avec AFP

— 

Donald Trump  espère donner l'avantage aux Etats-Unis sur le plan commercial.
Donald Trump espère donner l'avantage aux Etats-Unis sur le plan commercial. — Ron Sachs/NEWSCOM/SIPA

Le président américain Donald Trump a défendu mardi sa stratégie en matière de commerce international, affirmant que l’instauration de tarifs douaniers sur les importations forçait les partenaires des Etats-Unis à négocier. « Les tarifs douaniers sont les meilleurs ! Soit un pays qui a traité les Etats-Unis de manière injuste sur le commerce négocie un accord juste, soit il est frappé de tarifs douaniers », a tweeté le milliardaire républicain.

« C’est aussi simple que ça -et tout le monde discute ! Souvenez-vous, nous sommes la "tirelire" qui est en train d’être dévalisée. Tout ira bien ! », a-t-il poursuivi. Dans un tweet posté quelques minutes plus tôt, il avait relevé que « les pays qui nous ont traité de manière injuste sur le commerce pendant des années viennent tous à Washington pour négocier », sans préciser à quels pays il faisait référence. « Cela aurait dû se passer il y a plusieurs années mais, comme on dit, mieux vaut tard que jamais ! », a-t-il conclu.

Juncker à Washington mercredi

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker se rend mercredi à Washington pour tenter d’empêcher une guerre commerciale totale avec les Etats-Unis. La Maison Blanche menace de droits de douane les importations de voitures européennes, ce qui engendrerait forcément une riposte de Bruxelles si celles-ci entraient en vigueur. Pour défendre l’industrie automobile allemande, la chancelière Angela Merkel s’est dite « prête » à négocier avec les Etats-Unis une baisse généralisée des droits de douane dans ce secteur.

Washington applique d’ores et déjà depuis juin des droits de douane punitifs sur toutes les importations d’acier et d’aluminium. Les Européens ont contre-attaqué en taxant des produits américains emblématiques. Donald Trump mène depuis plusieurs mois un assaut contre les principaux rivaux commerciaux des Etats-Unis, à commencer par Pékin et l’Union européenne. Il a également imposé la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), en vigueur depuis 1994 entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

>> A lire aussi : Trump critique Harley-Davidson, qui va délocaliser sa production pour éviter les taxes européennes