Une vache dans un champ en Autriche.
Une vache dans un champ en Autriche. — ALEXANDER KLEIN / AFP

POLEMIQUE

Autriche: Inquiétudes sur de possibles listes de juifs pour lutter contre la souffrance animale

La proposition a ému la communauté juive du pays, qui compare cette mesure à celles de l'époque nazie...

En Autriche, la communauté juive s’inquiète. Dans le land de Basse-Autriche, à proximité de Vienne, l’extrême-droite veut réduire les méthodes d’abattage religieux des animaux. Pour cela, elle propose de faire des listes des personnes qui y ont recours parmi les communautés juives et musulmanes.

Le débat s’est enflammé mercredi dans le pays. Tout est parti d’une proposition du ministre Gottfried Waldhäusl, issu du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite), qui souhaite limiter l’égorgement d’animaux non-étourdis, révèle Le Monde. Sous couvert de lutter contre la souffrance animale, le FPÖ est souvent taxé d’islamophobie et d’antisémitisme.

«Comme à l'époque nazie»

Il suggère de lister les personnes qui ont recours à cette pratique, notamment prescrite par les religions juives et musulmanes, en fonction de leur lieu de résidence. Objectif affiché : éviter que les Viennois ne viennent faire égorger leurs animaux dans le land de Basse-Autriche.

Une proposition qui a déclenché une vive opposition dans la communauté juive. Le Consistoire juif de Vienne s’en est ému, indiquant que les juifs allaient être listés, comme à « l’époque nazie ». « Cet enregistrement rappelle les chapitres les plus sombres de notre histoire », a fustigé le leader des sociaux-démocrates autrichiens, Christian Kern, en demandant la démission du ministre.

Le parti d’extrême-droite a finalement fait marche arrière, déclarant qu’il n’y aurait pas de liste de juifs, avant d’annoncer qu’une solution allait être trouvée pour dissiper les inquiétudes du Consistoire.

>> A lire aussi : Abattage halal ou casher: les questions demeurent sur les règles

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Pourquoi le FN aime tant les animaux et leurs amis