Royaume-Uni: Il voulait «arracher la tête» de Theresa May, un islamiste radical reconnu coupable

JUSTICE Naa’imur Zakariyah Rahman a été arrêté en novembre dernier après avoir révélé ses projets sur la messagerie Telegram...

20 Minutes avec agences

— 

La Première ministre britannique Theresa May
La Première ministre britannique Theresa May — AFP

La cour criminelle de l’Old Bailey à Londres (Royaume-Uni) a rendu sa décision. Naa’imur Zakariyah Rahman, un partisan du groupe djihadiste Etat Islamique (EI) a été reconnu coupable, mercredi 18 juillet, d’avoir voulu décapiter Theresa May dans un attentat suicide.

Le jeune homme âgé de 20 ans a été arrêté en novembre dernier. Il voulait « faire les gros titres » en se rendant au 10 Downing Street, résidence de la Première ministre britannique, à un moment où celle-ci s’adresserait à la presse à l’extérieur du bâtiment, selon l’accusation.

« Je veux essayer de tuer Theresa May »

Le jeune homme originaire de Birmingham (centre) avait été encouragé dans son projet par un oncle qui avait rejoint l’EI en Syrie. Naa’imur Zakariyah avait révélé ses projets dans une conversation sur la messagerie Telegram avec un agent des services de sécurité se faisant passer pour un membre de l’EI. « Je veux essayer de tuer Theresa May », avait-il écrit.

Après avoir repéré les lieux et l’emplacement des contrôles de sécurité, il avait expliqué à un autre agent sous couverture qu’il comptait courir « un sprint de 10 secondes » jusqu’à la porte, avec l’intention d'« arracher la tête » de la Première ministre. Il avait finalement été arrêté en novembre 2017 par des policiers qui prétendaient vouloir lui remettre un sac plein d’explosifs.

>> A lire aussi : Un homme devant la justice pour avoir projeté d'assassiner Theresa May