Coupe du Monde 2018: En Italie, une vague de commentaires racistes après la victoire des Bleus

HAINE Selon un sondage du « Corriere della Sera », 90 % des Italiens soutenaient d’ailleurs la Croatie avant la finale…

L.Br.

— 

Les Bleus soulevant la Coupe à l'issue de la finale en Russie le 16 juillet (image d'illustration).
Les Bleus soulevant la Coupe à l'issue de la finale en Russie le 16 juillet (image d'illustration). — FRANCK FIFE / AFP

C’est un racisme presque décomplexé. Un déferlement de haine a inondé les réseaux sociaux italiens après la victoire des Bleus dimanche, selon nos confrères des Echos. Des commentaires dénoncés par les médias, qui ont pourtant participé à cette escalade.

« Des singes avec un ballon », « Des champions du Tiers-monde », « l’équipe des colonies de l’Afrance »… Les commentaires racistes se multiplient sur les réseaux sociaux en Italie. Une opinion non-majoritaire, mais reprise dans certains médias, dont de grands journaux du pays.

90 % des Italiens pour la Croatie

« C’est l’Afrique qui a gagné », a titré (entre guillemets) la Repubblica, deuxième journal le plus vendu d’Italie, dénonçant les commentaires racistes diffusés sur les réseaux sociaux. « Une équipe pleine de champions africains mélangés à de très bons joueurs blancs face à une équipe seulement de blancs d’un pays au centre de trois grandes écoles de football, celle slave, allemande et italienne », commente ainsi le Corriere della Sera, journal le plus populaire dans le pays sur le match entre la Croatie et la France.

Selon un sondage du Corriere della Sera, 90 % des Italiens soutenaient d’ailleurs la Croatie avant la finale. « Macron me casse les couilles, la France me casse les couilles, je soutiens la Croatie », a tweeté avant la finale un journaliste de la Gazetta dello Sport.

Un brassard de capitaine contre le racisme

Un conseiller municipal d’extrême-droite n’a pas hésité à partager son opinion sur Facebook : « Pour la première fois, une équipe africaine remporte la Coupe du monde de football », a écrit Ernesto Sica, un conseiller municipal d’extrême-droite sur sa page Facebook.

En Italie, les footballeurs sont régulièrement victimes d’insultes racistes. En juin dernier, l’attaquant de l’équipe d’Italie Mario Balotelli, lui-même attaqué pour sa couleur de peau, avait estimé que lui donner le brassard de capitaine serait « un signe fort contre le racisme » dans son pays.

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018. «C'est l'Afrique qui a gagné», selon le président vénézuélien, qui appelle à lutter contre le racisme

>> A lire aussi : VIDEO. Coupe du monde 2018. Avec la victoire des Bleus, Emmanuel Macron va-t-il gagner en popularité?

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018. «C’est encore plus fou qu’en 1998», on était sur les Champs-Elysées après la victoire des Bleus