Royaume-Uni: Les citoyens européens sont de plus en plus nombreux à quitter le pays

IMMIGRATION Depuis le vote du Brexit en 2016, le nombre de citoyens européens entrés au Royaume-Uni est en constante baisse…

20 Minutes avec agences

— 

L'Unrion européenne et le Royaume-Uni - illustration.
L'Unrion européenne et le Royaume-Uni - illustration. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le nombre de citoyens européens au Royaume-Uni a atteint son niveau le plus bas depuis quatre. Le solde migratoire – la différence entre le nombre de personnes entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties – du pays est désormais de 101.000, a révélé ce lundi l’ Office des Statistiques nationales britannique (ONS).

Cette chute s’explique par une baisse de 4 % du nombre d’étrangers venus vivre au Royaume-Uni entre 2016 et 2017. Sur la même période, le nombre de personnes ayant quitté le pays a augmenté de 19 %.

Une baisse consécutive au Brexit

En mars 2013, à son plus bas, le solde migratoire du Royaume-Uni était de 95.000 selon les chiffres officiels. En 2017, 240.000 citoyens européens se sont installés sur le territoire contre 250.000 en 2016. Un chiffre en constante baisse depuis le vote du Brexit en juin 2016.

Dans le même temps, 139.000 habitants européens ont quitté le Royaume-Uni en 2017, un chiffre record selon l’ONS. Ils étaient 117.000 en 2016. Le nombre de « citoyens européens arrivant au Royaume-Uni pour chercher un travail a continué de baisser l’année dernière et le nombre de personnes venant au Royaume-Uni pour un emploi précis est resté stable », a indiqué l’organisme.

Une volonté de diminuer le solde migratoire

A l’échelle mondiale, le solde migratoire du Royaume-Uni est cependant en hausse, s’établissant à environ 282.000 en 2017. « La migration a continué à s’ajouter à la population britannique », explique le directeur du service des migrations internationales de l’ONS. « Le solde migratoire a diminué à des niveaux records en 2015 et début 2016 et a été assez stable depuis. »

« L’immigration est restée globalement stable, à 630.000, et l’émigration est en augmentation progressive depuis 2015 et est actuellement autour de 350.000 », ajoute-t-il. Fin 2016, la Première ministre britannique Theresa May avait déclaré vouloir réduire le solde migratoire du pays à quelques dizaines de milliers de personnes par an maximum.

>> A lire aussi : Pourquoi les migrants «ne sont pas une charge économique» pour les pays européens, selon une étude du CNRS

>> A lire aussi : Qu’est ce que l’accord européen sur les migrations peut (vraiment) changer?