La Russie a commis de «multiples violations» à l'encontre des Pussy Riot

DROITS DE L'HOMME Trois membres avaient été condamnées en août 2012 à deux ans de camp, notamment pour « hooliganisme motivé par la haine religieuse »…

20 Minutes avec AFP

— 

 Maria Alyokhina, membre des Pussy Riot, en 2014 (illustration)
Maria Alyokhina, membre des Pussy Riot, en 2014 (illustration) — J. Scott Applewhite/AP/SIPA

La CEDH tape sur les doigts de la Russie. Le pays présidé par Vladimir Poutine a commis de « multiples violations » en condamnant à des peines d’emprisonnement trois membres du groupe punk Pussy Riot, qui avait tenté d’interpréter des chansons anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou en février 2012, a jugé mardi la Cour européenne des droits de l’Homme.

Les requérantes, Maria Alekhina, Nadejda Tolokonnikova, Lékaterina Samoutsevitch, ont subi des traitements dégradants durant leur procès, a jugé la CEDH, épinglant aussi Moscou pour violation de la liberté d’expression. Les trois membres avaient été condamnées en août 2012 à deux ans de camp, notamment pour « hooliganisme motivé par la haine religieuse ».

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: Quatre Pussy Riot condamnées à 15 jours de prison après l'intrusion pendant France-Croatie