Migrants: Rome met la pression sur l'UE et obtient un partage

IMMIGRATION Une embarcation de bois avec 450 migrants à bord partis depuis la Libye avait été repérée vendredi à l’aube dans les eaux internationales…

N.Sa avec AFP

— 

Des migrants qui attendent de recevoir les premiers secours et des vêtements, ici en Espagne au port de Grenade.
Des migrants qui attendent de recevoir les premiers secours et des vêtements, ici en Espagne au port de Grenade. — Felipe Passolas/SIPA

Solidarité européenne. Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a mis samedi la pression sur ses partenaires de l’UE pour qu’ils prennent en charge une partie des 450 migrants se trouvant dans les eaux italiennes, obtenant une réponse positive de la France et de Malte.

« La France et Malte prendront chacune 50 des 450 migrants transbordés sur deux navires militaires. Très rapidement les offres d’autres pays européens arriveront », a écrit Giuseppe Conte sur sa page Facebook.

Un partage de la responsabilité de la gestion du phénomène migratoire

Le chef du gouvernement revendique ce succès « après une journée de contacts téléphoniques et écrits avec tous les 27 leaders européens », affirmant qu’il leur avait rappelé « la logique et l’esprit de partage contenus dans les conclusions du Conseil européen de fin juin ».

Giuseppe Conte ajoute à ce commentaire une copie de la lettre adressé à Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, et Donald Tusk, président du Conseil européen. « Dans ce contexte qui voit l’Italie toujours en première ligne face à l’urgence de sauver des vies humaines en mer, je te demande un signe clair de partage de la responsabilité de la gestion du phénomène migratoire et d’envisager la possibilité d’accueillir dans un port ou de prendre en charge une partie des quelque 450 personnes secourues », écrit Giuseppe Conte dans cette lettre également adressée aux autres chefs d’Etat ou de gouvernement de l’UE.

Réduire à zéro le nombre de migrants arrivant sur les côtes italiennes

Cette annonce semble mettre un terme à l’incertitude qui entourait le sort des 450 migrants partis depuis la Libye, depuis qu’ils ont été secourus et devrait pouvoir leur ouvrir l’accès à un port italien. Dans un premier temps le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini avait insisté auprès de Giuseppe Conte pour que les deux navires aient pour instruction de « faire route vers le sud, la Libye ou Malte ».

En poste depuis le 1er juin, Matteo Salvini, qui veut réduire à zéro le nombre de migrants arrivant sur les côtes italiennes, a décidé il y a un mois d’interdire l’accès aux ports italiens aux ONG qui portent secours aux migrants en Méditerranée. Il souhaite désormais élargir cette interdiction aux navires des missions internationales en Méditerranée, la position de l’Italie étant de partager avec l’UE la gestion des flux migratoires.