Douze agents russes inculpés pour le piratage des emails du parti démocrate et d'Hillary Clinton

ENQUETE L'annonce intervient trois jours avant la rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine...

Philippe Berry

— 

Le procureur Robert Mueller a obtenu l'inculpation de 12 agents du renseignement russe pour le piratage des emails du parti démocrate et d'Hillary Clinton, le 13 juillet 2018.
Le procureur Robert Mueller a obtenu l'inculpation de 12 agents du renseignement russe pour le piratage des emails du parti démocrate et d'Hillary Clinton, le 13 juillet 2018. — DOJ/20 Minutes

Le responsable n’était donc pas un « hacker de 200 kilos assis sur son lit ». Vendredi, douze agents des services du renseignement militaire russe (GRU) ont été inculpés par la justice américaine pour avoir piraté les emails du parti démocrate et de la campagne d’Hillary Clinton. Selon le département de la Justice (DOJ), ils avaient « l’intention d’interférer » avec l’élection présidentielle de 2016. Voilà qui devrait animer la rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine ce lundi, alors que le président américain a souvent émis des doutes sur la responsabilité de la Russie.

Le procureur spécial Robert Mueller a convaincu un jury populaire d’inculper douze agents russes dont Viktor Borisovich Netyksho, identifié comme « le commandant » du groupe de hackers Unit 26165. Selon l’acte d’accusation (pdf), ce groupe a piraté les emails de plusieurs employés du parti démocrate et du directeur de campagne d’Hillary Clinton, John Podesta. Les hackers ont eu recours au « phishing », en imitant des adresses officielles et des notifications de Google. Ils ont également infecté des ordinateurs via plusieurs malwares pour « capturer les touches frappées au clavier ».

Communications avec des Américains

Un autre groupe s’est occupé de la « dissémination » des documents dérobés en utilisant « des personnages fictifs », DCLeaks et Guccifer 2.0. Ils ont interagi avec « plusieurs Américains sur Internet », notamment Roger Stone, un conseiller non-officiel de Donald Trump. Cependant, « rien n’indique que les Américains étaient au courant qu’ils communiquaient avec des agents du renseignement russe », précise le communiqué du DOJ. Aucun citoyen américain n’est inculpé dans l’affaire, mais cela pourrait venir dans un second temps.

La Russie a également « transféré les documents volés à une autre organisation », identifiée dans l’acte d’accusation comme « Organization 1 ». Il s’agit selon toute vraisemblance de WikiLeaks, qui a diffusé au compte-gouttes les emails de John Podesta au cours des dernières semaines de la campagne. WikiLeaks a toujours nié les avoir obtenus de Moscou.

Au sommet de l’Otan, Donald Trump a promis qu’il confronterait Vladimir Poutine sur ces actes de piratage : « Tout ce que je peux faire, c’est dire : ''Est-ce que tu l’as fait ? Ne recommence pas''. Mais il peut toujours nier », estimait le président américain. Avec ces inculpations, ça sera un peu plus compliqué.