Donald Trump publie une lettre «très sympa» de Kim Jong-un

DIPLOMATIE Malgré le revers essuyé par le secrétaire d'Etat, la semaine dernière le président américain reste optimiste...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump et Kim Jong-Un lors d'un sommet historique, le 12 juin 2018.
Donald Trump et Kim Jong-Un lors d'un sommet historique, le 12 juin 2018. — SAUL LOEB / AFP

Alors que Kim Jong-un a humilié Washington en allant inspecter un champ de patates au lieu de rencontrer le chef de la diplomatie Mike Pompeo, Donald Trump reste confiant sur le dossier nucléaire nord-coréen. Jeudi, le président américain a publié ce qu’il présente comme un signe de la bonne volonté de Pyongyang : une lettre personnelle écrite par Kim Jong-un la semaine dernière. En attendant des gestes concrets.

Processus « important » et « fructueux », « confiance inébranlable », « progrès historiques » : les mots employés par le dirigeant nord-coréen dans cette missive datée du 6 juillet sont empreints de chaleur et tranchent avec le revers enregistré par le secrétaire d’Etat Mike Pompeo lors de sa visite récente à Pyongyang. « On enregistre de grands progrès », a commenté Donald Trump en diffusant sur Twitter cette lettre, qu’il a décrite comme « très gentille ». Surtout très polie, avec « votre excellence » employé à cinq reprises.

« Efforts sincères »

Dans sa missive, le leader nord-coréen demande cependant à Donald Trump « des actions concrètes » pour renforcer leur confiance mutuelle. Cela devrait permettre, dit-il, une nouvelle rencontre après le sommet historique du 12 juin à Singapour. « Je suis fermement convaincu qu’une volonté forte, des efforts sincères et l’approche unique que nous avons eue, moi-même et vous, Excellence, afin d’ouvrir de nouvelles perspectives entre la RPDC (République populaire démocratique de Corée, ndlr) et les Etat-Unis seront fructueux », écrit Kim Jong Un. Le leader nord-coréen y évoque « une mise en oeuvre fidèle » de la déclaration commune adoptée le 12 juin à Singapour mais n’aborde pas directement la question centrale du processus, la dénucléarisation de la péninsule coréenne et donc du régime de Pyongyang.

« Méthodes de gangsters »

Le communiqué conjoint de Singapour se prononçait pour une « dénucléarisation complète » mais ne disait rien des moyens qui seraient mis en oeuvre pour la vérifier. En quête de garanties sur ce point, Mike Pompeo a dit avoir eu des entretiens « productifs » lors de sa visite à Pyongyang les 6 et 7 juillet avec Kim Yong Chol, le bras droit de Kim Jong Un. Mais les Nord-Coréens ont répliqué de façon virulente à ces propos diplomatiques, dénonçant les « demandes unilatérales et avides » des Etats-Unis et leurs « méthodes de gangsters ».

La lettre de Kim Jong Un est datée du jour précédant la diffusion par les Nord-Coréens de ces commentaires particulièrement violents. Mais le président américain a tout de même choisi de la publier.

Les jours avant la visite de Mike Pompeo, sa troisième dans la capitale nord-coréenne, plusieurs médias avaient révélé que, selon le renseignement américain, les Nord-Coréens cherchaient toujours à dissimuler une partie de leur arsenal nucléaire. Les Américains se défendent de toute naïveté et Mike Pompeo a réaffirmé dimanche dernier à Tokyo que les sanctions très sévères qui frappent la Corée du Nord resteraient en place jusqu’à « une dénucléarisation complète et totalement vérifiable ».