Cameroun: Une vidéo montre des hommes en tenue militaire exécuter femmes et enfants, le gouvernement ouvre une enquête

TRUCAGE ? Le porte-parole du gouvernement a dénoncé une « fake news », soutenant que la tenue des « militaires » ne correspond pas à la région où ils semblent se trouver…

20 minutes avec agences

— 

Un soldat camerounais en patrouille. (illustration)
Un soldat camerounais en patrouille. (illustration) — Reinnier KAZE AFP

Les images sont très choquantes. Depuis ce mardi, une vidéo montrant des hommes armés vêtus de tenues militaires semblables à celles de l’armée camerounaise circulent sur les réseaux sociaux. On les voit exécuter deux femmes et leurs deux enfants, accusés d’être des complices du groupe djihadiste nigérian Boko Haram.

Les images sont vite devenues virales. Le porte-parole du gouvernement a dénoncé mercredi une « fake news », n’hésitant pas à qualifier la vidéo d’être un « horrible trucage ». Il a toutefois ajouté que le chef de l’Etat avait réclamé l’ouverture d’une enquête.

Indignation sur les réseaux sociaux

Mercredi soir, l’authenticité et la date de la vidéo n’avaient pas encore pu être vérifiées. Selon des sources sécuritaires, la vidéo pourrait avoir été filmée dans une zone montagneuse de la région de l’Extrême-Nord, où l’armée camerounaise combat les djihadistes de l’organisation terroriste.

« Le paysage et le relief indiquent clairement que l’on se trouve en zone sahélo-saharienne », selon le porte-parole du gouvernement. « En pareille circonstance, […] les tenues de combat utilisées par l’armée camerounaise sont toujours de type sahélien », a-t-il ajouté, soulignant que les hommes dans la vidéo « arborent des uniformes bariolés ».

La diffusion de ces images a provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux. Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Rhedac), une ONG locale, a affirmé avoir « recoupé » les informations contenues dans cette vidéo, disant être en mesure d’attester de « son authenticité ».

>> A lire aussi : Cameroun: Douze otages occidentaux libérés en zone anglophone

>> A lire aussi : Nigeria: Six fillettes utilisées par Boko Haram dans deux attentats-suicides