Les entreprises pétrolières fournissent une essence très toxique aux pays d'Afrique de l'Ouest, selon un rapport

SCANDALE Un rapport révèle que certains traders de l’industrie pétrolière exportent des hydrocarbures mélangés à des produits chimiques à destination de l’Afrique de l’Ouest…

20 Minutes avec agence

— 

Vue du port de Rotterdam, le 6 juillet 2011
Vue du port de Rotterdam, le 6 juillet 2011 — LEX VAN LIESHOUT ANP

La « qualité africaine », c’est ce terme utilisé par les courtiers pour évoquer l’essence et le diesel de mauvaise qualité vendus en Afrique. Un phénomène de grande ampleur révélé ce lundi par un rapport de l’Inspection pour l’environnement humain et les transports des Pays-Bas.

« Les carburants destinés à l’Afrique de l’Ouest sont mélangés autant que possible », peut-on lire dans ce texte. Ainsi, dans ces produits pétroliers, la teneur en soufre est entre 200 et 1.000 fois supérieure aux normes européennes, rapporte Le Monde.

Une utilisation « à grande échelle »

Pour cette enquête, la police néerlandaise a examiné les cargaisons de 44 tankers en partance pour l’Afrique de l’Ouest. Le constat est sans appel : le manganèse et le benzène, substances hautement cancérigènes, ainsi que d’autres produits pétrochimiques interdits dans la majeure partie du monde sont employés « à grande échelle ».

Les Pays-Bas ont décidé de se pencher sur le problème car environ 50 % des produits pétroliers exportés vers l’Afrique de l’Ouest partent d’Amsterdam et de Rotterdam, auxquels s’ajoute Anvers (Belgique), selon l’ONU. Or, les mélanges sont, la plupart du temps, effectués dans ces terminaux qui disposent de raffineries.

7 millions de morts chaque année

« La livraison de carburants toxiques à l’Afrique de l’Ouest n’est rien de moins qu’un scandale environnemental et de santé publique, a déclaré le norvégien Erik Solheim, à la tête du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). L’idée que certaines parties du monde ne méritent pas la même protection sanitaire que les autres est tout simplement choquante. »

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 7 millions de personnes meurent chaque année en Afrique des suites de pathologies provoquées par la pollution aux particules fines. L’enquête réalisée aux Pays-Bas sera prochainement présentée devant le Parlement et certains cas pourraient même être amenés devant la justice.

>> A lire aussi : L’Iran demande à Donald Trump de cesser de tweeter sur les cours du pétrole

>> A lire aussi : Une association accuse distributeurs et pouvoir publics de faire flamber les prix à la pompe