Espagne: Première réunion au sommet entre Sanchez et le président catalan

ESPAGNE Le nouveau chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez reçoit lundi le président indépendantiste catalan Quim Torra pour tenter d’apaiser les tensions…

N.Sa avec AFP

— 

A gauche,  le président indépendantiste catalan Quim Torra, à droite le nouveau chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.(photomontage)
A gauche, le président indépendantiste catalan Quim Torra, à droite le nouveau chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.(photomontage) — SIPA

Cela pourrait bien tourner au dialogue de sourds. Le nouveau chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez reçoit lundi le président indépendantiste catalan Quim Torra pour une première réunion au sommet destinée à apaiser les tensions, après la tentative de sécession d'octobre. Cette rencontre aura lieu au palais de la Moncloa, siège du gouvernement espagnol. Quim Torra a annoncé qu’il s’exprimerait devant la presse à son issue.

Arrivé au pouvoir le 1er juin grâce notamment aux voix des indépendantistes catalans, lors du vote d’une motion de censure contre le conservateur Mariano Rajoy, Pedro Sanchez a tout de suite promis d’apaiser les tensions avec la Catalogne.

Pas de nouveau référendum

Passant de la parole aux actes, le gouvernement a transféré cette semaine dans des prisons en Catalogne six des neufs dirigeants indépendantistes incarcérés près de Madrid pour leur rôle dans la tentative de sécession. Mais les positions de Madrid et de l’exécutif catalan sont si opposées sur la question de l’autodétermination de la riche région du nord-est de l’Espagne que cette réunion risque de n’apporter aucune avancée concrète.

Investi mi-mai à la tête de la Generalitat, Quim Torra a indiqué samedi « espérer connaître la proposition du président Sanchez (…) et la réponse du gouvernement espagnol à cette demande ». Mais plusieurs membres du gouvernement ont déjà répondu à la question. « Non », il n’y aura pas de référendum, a martelé dimanche la numéro deux de l’exécutif Carmen Calvo dans un entretien au quotidien El Mundo.

« Il n’y a pas de majorité en Espagne pour faire une révision de la Constitution »

« L’indépendance d’un territoire n’est pas prévue dans la Constitution. Et aucun gouvernement constitutionnel de l’Espagne ne l’envisage », a-t-elle expliqué, soulignant que « jamais la Catalogne n’a disposé du niveau d’autonomie et de décentralisation actuels ». « Notre proposition pour régler (le problème) est un référendum d'autodétermination. S’ils ont une meilleure idée, ils doivent nous l’expliquer », a rétorqué à l’AFP un haut responsable du gouvernement catalan.

La ministre de la Politique territoriale Meritxell Batet avait prôné début juin une révision de la Constitution afin d’aller vers une structure fédérale de l’Etat espagnol. Mais avec 84 députés sur 350, les socialistes espagnols n’ont aucune chance de la voir aboutir. « Il n’y a pas de majorité en Espagne pour faire une révision de la Constitution. La droite peut la bloquer », souligne le professeur de sciences politiques à l’Université autonome de Madrid, Fernando Vallespín.