VIDEO. Japon: L'ex-gourou de la secte Aum exécuté

JUSTICE Shoko Asahara avait été condamné à mort pour l'attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo de 1995...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ex-gourou de la secte Aum, Shoko Asahara (image d'archive de 1990) a été exécuté le 5 juillet 2018 au Japon.
L'ex-gourou de la secte Aum, Shoko Asahara (image d'archive de 1990) a été exécuté le 5 juillet 2018 au Japon. — AFP

Il a passé plus de 20 ans dans le couloir de la mort. L’ex-gourou de la secte Aum, Shoko Asahara, condamné à mort pour sa responsabilité dans l’attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo en mars 1995, a été exécuté vendredi matin, ont affirmé les médias japonais. Le ministère de la Justice n’a pas immédiatement confirmé cette information donnée par les TV et agences de presse nippones. Shoko Asahara est le premier des 13 condamnés dont l’exécution a été annoncée.

La probabilité d’exécution des ex-membres de la secte Aum condamnés s’était renforcée ces derniers temps avec le déplacement de plusieurs d’entre eux. Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto) avait vu sa sentence de peine capitale confirmée il y a des années et attendait depuis dans les couloirs de la mort à l’instar de 12 complices impliqués dans cet attentat au sarin.

13 morts et 6.300 blessés

Le 20 mars 1995, selon un procédé très réfléchi, plusieurs membres de l’organisation occulte Aum Vérité suprême, créée par Shoko Asahara, répandaient du gaz sarin dans des rames de métro convergeant vers le coeur administratif de la capitale.

Nul ne comprit tout de suite ce qu’il se passait à cette heure matinale, en pleine période de pointe, alors que de nombreux passagers sortaient suffoquant, sans plus rien voir, de diverses bouches de métro des lignes visées. L’attaque a fait 13 morts et 6.300 blessés.

Avant cet attentat qui a choqué le pays, le Japon avait regardé avec une fascination mêlée d’angoisse germer et grandir Aum dans les années 1980 et 1990. Le chef mystique Asahara allait alors d’émissions de télévision en podiums de campagne électorale pour capter l’attention des citoyens, parmi lesquels de jeunes scientifiques de haut vol, des médecins, des avocats et autres individus appartenant à l’élite.