Andrés Manuel Lopez Obrador deviendra président du Mexique le 1er décembre.
Andrés Manuel Lopez Obrador deviendra président du Mexique le 1er décembre. — PEDRO PARDO / AFP

RECHAUFFEMENT

Le futur président mexicain va inviter Donald Trump à son investiture

Les deux hommes semblent disposés à améliorer les relations entre Mexico et Washington...

Ils font preuve de bonne volonté. Le président élu du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, a annoncé jeudi qu’il comptait inviter Donald Trump à son investiture le 1er décembre, alors que les relations sont tendues depuis la campagne électorale du président américain il y a deux ans.

« Nous allons l’inviter, nous sommes des pays voisins, nous avons des relations économiques, commerciales, des liens d’amitié, de coopération. Nous avons 3.180 km de frontière (commune). Donc, le président Trump sera invité », a déclaré Lopez Obrador lors d’un point de presse. Que le président américain vienne ou non, « cela dépendra de son agenda et de ce qu’il décidera », a ajouté Andrés Manuel Lopez Obrador, 64 ans.

« AMLO », ainsi qu’est communément surnommé le futur homme fort du Mexique, a obtenu une victoire électorale écrasante dimanche, rassemblant plus de 53 % des voix. Le parti du candidat de gauche remporte un grand chelem : élections législatives, sénatoriales et locales.

« Bonne discussion » téléphonique

Beaucoup d’inconnues l’entourent toutefois, l’une des principales étant le lien qu’il entretiendra avec les Etats-Unis, principal partenaire commercial du Mexique et pays hébergeant 12 millions de Mexicains. Ces derniers mois, les relations entre les deux nations ont été particulièrement chahutées, entre rhétorique anti-immigration de Donald Trump et tensions commerciales.

AMLO a beau s’être engagé à remettre Trump « à sa place », les deux hommes ont manifesté lundi, au lendemain du scrutin, leur intention de développer une bonne relation mutuelle. Lopez Obrador a proposé à son homologue américain de « réduire les migrations » et « d’améliorer la sécurité », rump saluant de son côté une « bonne discussion » téléphonique. « Je crois qu’il va essayer de nous aider sur la frontière », a dit le locataire de la Maison Blanche, qui a promis de faire construire un mur entre les Etats-Unis et le Mexique.