Affaire Skripal: Deux personnes exposées à une substance inconnue dans un état critique

ESPIONNAGE Au même endroit où a eu lieu la tentative d’empoisonnement de l’ancien espion russe Sergueï Skripal, au sud de l’Angleterre, deux quadragénaires, qui ont été en contact avec une substance inconnue, sont entre la vie et la mort…

20 Minutes avec AFP

— 

Pour le Royaume-Uni, la Russie a tenté d'empoisonner son ex espion à Salisbury, l'hiver dernier.
Pour le Royaume-Uni, la Russie a tenté d'empoisonner son ex espion à Salisbury, l'hiver dernier. — BEN STANSALL / AFP

Deux personnes ont été hospitalisées dans un état critique à l’hôpital de Salisbury (Angleterre), après avoir été exposées à une « substance inconnue » à Amesbury, à quelques kilomètres du lieu où l’ex-espion russe Sergueï Skripal avait été victime d’une tentative d’empoisonnement en mars. Dans un communiqué, la police du comté de Wiltshire dit considérer l’évènement comme un « incident majeur ».

Les deux personnes, un homme et une femme, toutes deux quadragénaires, ont été retrouvées inconscientes samedi dans une habitation dans la ville d’Amesbury (sud de l’Angleterre), située à une dizaine de kilomètres de Salisbury, où Sergueï Skripal et sa fille Ioulia avaient été victimes d’une tentative d’empoisonnement à l’agent innervant le 4 mars.

La police a d’abord pensé à une absorption de drogue

Les deux patients « sont dans un état critique », a affirmé la police. Elle avait initialement émis l’hypothèse d’une contamination liée à l’absorption d’héroïne ou de crack, mais elle a précisé que des tests complémentaires avaient désormais lieu « pour établir la nature de la substance qui a conduit ces patients à tomber malades ». « Nous gardons un esprit ouvert quant aux circonstances de l’incident », a-t-elle ajouté.

Le 4 mars dernier, Sergueï et Ioulia Skripal avaient été retrouvés inconscients et hospitalisés dans un état critique à Salisbury. Ils avaient tous deux été victimes d’une tentative d’empoisonnement à l’agent innervant. Ils avaient été soignés plusieurs semaines avant de pouvoir quitter l’hôpital.

Londres a pointé la responsabilité de Moscou dans cette tentative d’empoisonnement, qui a nié toute implication. Cet évènement avait abouti à une crise diplomatique entre les deux pays et à une vague d’expulsions croisées de diplomates de la part du Royaume-Uni et de ses alliés d’une part, et de la Russie d’autre part.

>> A lire aussi : VIDEO. L'ex-espion russe Sergueï Skripal est sorti de l'hôpital