L'armée maître du jeu à Beyrouth

LIBAN Alors que le conflit avec le Hezbollah a fait 34 morts depuis jeudi, l'armée a annoncé...

Avec agence

— 

L'armée libanaise à Beyrouth le 10 mai 2008
L'armée libanaise à Beyrouth le 10 mai 2008 — REUTERS/Jamal Saidi

Quand le Hezbollah et le gouvernement se font la guerre, c'est l'armée qui décide. Chargée samedi par le Premier ministre Fouad Siniora de rétablir la paix civile, l'armée libanaise a aussitôt gelé les décisions du gouvernement contre le Hezbollah à l'origine des violences meurtrières, tout en demandant le retrait des hommes armés.

>> Suivez les derniers développement sur le Blog Chroniques beyrouthines


L'opposition, par la voix d'un de ses représentants, a annoncé peu après avoir décidé de retirer ses hommes de la rue, tout en précisant qu'elle allait maintenir son mouvement de «désobéissance civile». En fin de journée, les observateurs confirmaient ce retrait.

Dans une adresse à la nation, Fouad Siniora a confié à l'armée le soin de trancher sur des décisions prises mardi par le gouvernement contre le Hezbollah et qualifiées par le mouvement chiite de «déclaration de guerre».

Des combats entre partisans de la coalition gouvernementale, soutenue par les pays occidentaux, et de l'opposition, conduite par le mouvement chiite Hezbollah et soutenue par Damas et Téhéran, ont fait depuis jeudi 34 morts, dans les pires violences depuis la fin de la guerre civile (1975-90).

>> Pour comprendre la crise, cliquez ici