Allemagne: Un employé aurait empoisonné ses collègues pendant plusieurs années, 21 morts suspectes à l'étude

INTERPELLATION Pendant des années, l’homme aurait versé différents métaux lourds dans le déjeuner de ses collègues…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration. Strasbourg le 16 septembre 2015. La police Allemande à Kehl.
Illustration. Strasbourg le 16 septembre 2015. La police Allemande à Kehl. — G. Varela / 20 Minutes

Il n’a fourni aucune explication à ses actes. Un homme de 56 ans, employé d’une usine de métallurgie en Allemagne, est accusé d’avoir empoisonné ses collègues en mettant des produits chimiques dans leurs repas, rapporte The Telegraph.

Après 38 ans d’ancienneté dans l’entreprise, l’homme aurait agi en toute impunité. Il a finalement été confondu par les images de vidéosurveillance alors qu’il versait du poison dans le sandwich de son collègue.

Un sandwich aux sels de plomb

Les premiers soupçons sont venus d’un employé de l’usine âgé de 26 ans. Surpris de la présence d’une « poudre blanche suspecte dans son sandwich », le jeune homme s’est plaint au directeur de l’usineAfin d’en avoir le cœur net, ce dernier a installé une caméra de vidéosurveillance dans la salle de pause.

Par deux fois, les images ont montré le quinquagénaire en train de déposer une substance dans la boîte à déjeuner d’un collègue. Les analyses effectuées par la suite démontreront qu’il s’agissait d’acétate de plomb, un sel de plomb hautement toxique qui a la particularité d’avoir un goût sucré.

21 décès depuis 2000

Le quinquagénaire a été arrêté le 16 mai. Lors d’une perquisition à son domicile, les enquêteurs ont mis la main sur d’autres produits toxiques dont du mercure, du plomb et du cadmium.

Les autorités le soupçonnent désormais d’être responsable de près de 21 empoisonnements survenus dans cette usine au cours des vingt dernières années. En effet, 21 décès suspects – crises cardiaques ou cancers – y ont été recensés depuis 2000. L’ingestion de métaux lourds pourrait être en cause.

Les membres de la famille et les médecins des employés décédés seront entendus dans les prochaines semaines. L’enquête nécessitera peut-être de procéder à l’exhumation des corps, afin d’y rechercher d’éventuelles traces de poison.

>> A lire aussi : La chlordécone, un poison présent pour «des générations» dans le sol antillais

>> A lire aussi : Empoisonnement des Skripal: Les opérations de nettoyage ont débuté à Salisbury