Italie: Le ministre Matteo Salvini fait «un bisou» à Emmanuel Macron

DIPLOMATIE Le ministre de l’Intérieur italien, et leader de l’extrême droite, a toujours la France et sa politique d’accueil des migrants dans le collimateur. Ce week-end, il a continué les provocations…

R. G.-V. avec AFP

— 

Matteo Salvini est le leader de l’extrême droite italienne et le ministre de l'Intérieur depuis juin 2018.
Matteo Salvini est le leader de l’extrême droite italienne et le ministre de l'Intérieur depuis juin 2018. — MIGUEL MEDINA / AFP

Matteo Salvini n’a pas changé de ton. Les relations franco-italiennes sur la question des migrants avaient pourtant semblé se réchauffer, ces derniers jours. Mais avec son style sans nuances le ministre de l’Intérieur et chef de l’extrême droite a conseillé à Emmanuel Macron, vendredi, de « se laver la bouche parce que l’Italie à fait beaucoup plus que les Français qui continuent de repousser des personnes à Vintimille », à la frontière franco-italienne. Dimanche, lors d’une fête de la Ligue, son parti, à Pontida, dans le nord de l’Italie, Matteo Salvini a répondu à des journalistes qui l’interrogeaient : « Macron ? Je lui fais un bisou », raporte Le Parisien.

Fort du double portefeuille de vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, dont il est titulaire depuis un mois, Matteo Salvini a réussi à imposer le thème des migrants à l’agenda européen en interdisant début juin l’accès aux ports italiens aux ONG portant secours aux migrants en Méditerranée. Il les accuse d’être complices des passeurs, ce qu’elles contestent avec virulence. « La décision d’ouvrir les ports ou de les fermer, c’est le ministre de l’Intérieur qui la prend », a-t-il martelé dimanche.

Tensions transalpines

Cette décision est à l’origine de tensions diplomatiques avec la France, cette dernière ayant accusé l’Italie « d’irresponsabilité » et Matteo Salvini rétorquant que l’Italie n’avait pas de leçons à recevoir de la part d’un pays qui, selon lui, n’a pas tenu ses engagements en matière d’accueil.

Le ministre italien de l’Intérieur et chef de file de la Ligue a lancé dimanche l’idée « d’une Ligue des Ligues en Europe », réunissant les mouvements « qui veulent défendre leurs frontières », à l’occasion du rassemblement annuel de son parti souverainiste à Pontida. « Je pense à une Ligue des Ligues en Europe, qui unisse tous les mouvements libres qui veulent défendre leurs frontières et le bien-être de leurs enfants », a lancé Matteo Salvini devant des milliers de sympathisants qui l’acclamaient.

Objectif élections européennes

Plus tôt, il avait annoncé que les élections européennes de 2019 seraient « un référendum entre l’élite, le monde de la finance et celui du travail réel, entre une Europe sans frontières avec une immigration de masse et une Europe qui protège ses citoyens ».

Selon les médias, quelque 50.000 personnes sont venues de toute l’Italie pour cette grand-messe du mouvement d’extrême droite.