Washington étudie un départ de ses 35.000 soldats stationnés en Allemagne

MONDE L'étude, qui n'en est qu'à un stade très préliminaire, inquiète les pays européens membres de l'Otan...  

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats américains et canadiens sur la base aérienne de Ramstein, en Allemagne.
Des soldats américains et canadiens sur la base aérienne de Ramstein, en Allemagne. — SIPA USA/SIPAUSA/SIPA

C'est c'est plus gros contingent de l'armée américaine dans le monde avec celui déployé au Japon. Le Pentagone étudie le coût d'un départ ou d'un transfert des militaires 35.000 américains stationnés en Allemagne, a rapporté vendredi le quotidien Washington Post.

L'idée a déjà été évoquée par le président américain Donald Trump lors d'une réunion avec ses responsables militaires. Elle a provoqué l'inquiétude des pays européens membres de l'Otan, qui ignorent si Donald Trump est sérieux ou s'il souhaite mettre la pression avant un sommet de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord à Bruxelles, les 11 et 12 juillet.

Il a notamment envoyé une lettre comminatoire à sept pays de l'Alliance, dont l'Allemagne, pour les rappeler à l'ordre sur leur engagement de consacrer 2% de leur Produit national brut aux dépenses militaires d'ici 2024. Le président américain dénonce régulièrement la part, trop importante selon lui, payée par Washington dans le budget de l'Organisation.

L'Allemagne, dont les relations se sont tendues avec Washington ces derniers mois, a déjà annoncé qu'elle ne pourrait tenir sa promesse. Parmi les options examinées figurent le rapatriement aux Etats-Unis d'une grande partie des troupes, qui comprennent environ 35.000 militaires d'active, et le transfert de tout ou partie du contingent en Pologne, un allié politique que Donald Trump cite en exemple pour avoir atteint l'objectif demandé de 2%.

200.000 soldats stationnés dans le monde

Selon le quotidien américain, qui cite des responsables sous le sceau de l'anonymat, l'étude n'en est toutefois qu'au stade interne. Un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a démenti dans un communiqué avoir demandé une analyse sur un éventuel retrait des troupes stationnées en Allemagne.

Le porte-parole du Pentagone Eric Pahon a également démenti toute idée de retrait, soulignant que le ministère «examine régulièrement le positionnement des troupes et les analyses coûts-bénéfices». «Nous restons engagés auprès de (l'Allemagne), notre allié au sein de l'Otan, et auprès de l'Alliance de l'Otan», a-t-il ajouté.

Donald Trump a toutefois multiplié les critiques contre l'Otan, qualifiée d'«obsolète» pendant la campagne de 2016 et récemment de «plus néfaste» que l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) qu'il dénonce.

200.000 troupes américains sont stationnées dans le monde, dont près de la moitié dans trois pays: 39.000 au Japon, 35.000 en Allemagne et 23.000 en Corée du Sud. Les troupes américaines sont présentes en Allemagne depuis la Seconde guerre mondiale et le pays sert de base arrière aux opérations américaines en Afrique et au Moyen-Orient. L'Otan s'est avérée cruciale pour la sécurité occidentale depuis des décennies.

Mots-clés :