VIDEO. Fusillade dans le Maryland: Le tireur présumé voulait « tuer le plus de monde possible »

ETATS-UNIS Jarrod Ramos, qui a été inculpé pour cinq meurtres, avait menacé le «Capital Gazette» à plusieurs reprises...

P.B. avec AFP

— 

L'auteur présumé de la fusillade du Maryland, Jarrod Ramos, a été inculpé pour cinq meurtres le 29 juin 2018.
L'auteur présumé de la fusillade du Maryland, Jarrod Ramos, a été inculpé pour cinq meurtres le 29 juin 2018. — POLICE

La piste de la vendetta est privilégiée. Vendredi, l’auteur présumé de la fusillade qui a visé un journal du Maryland la veille, a été inculpé pour cinq meurtres et placé en détention provisoire. Selon la police, Jarrod Ramos avait « planifié une attaque ciblée » contre le Capital Gazette, contre qui il avait une vendetta depuis plusieurs années.

Le suspect, identifié par la police comme étant Jarrod Ramos, 38 ans, refuse de coopérer avec les autorités. Son identification a été réalisée notamment par des techniques de reconnaissance faciale à partir de la base de données du Maryland. Il a utilisé un fusil à pompe acheté légalement il y a environ un an.

Le bureau du procureur a présenté au tribunal des preuves « suggérant une attaque organisée, avec le blocage d’une porte à l’arrière » pour éviter que quiconque puisse s’enfuir.

Une vendetta qui remonte à 2011

La police privilégie la piste de la vengeance personnelle. Jarrod Ramos avait poursuivi la Gazette en diffamation en 2011 « à la suite d’un article sur un plaider-coupable (de Ramos) pour harcèlement » d’une ancienne camarade de classe. Le journal avait eu gain de cause, et la décision avait été confirmée en appel.

Un policier s’est rendu chez Jarrod Ramos en mai 2013 à la suite de menaces proférées sur Internet contre le journal. Ses responsables ont alors préféré ne pas engager de poursuites « par crainte que le faire allait attiser une situation déjà enflammée ».

Ramos a ensuite créé un compte Twitter via lequel il s’en prenait régulièrement au journal. Après une longue période d’inactivité, il a posté un unique message, jeudi : « Foutez-moi la paix. »

Mots-clés :